Apple: 2012, bilan de l'année où tout a changé (INFOGRAPHIE)

Publication: Mis à jour:
APPLE 2012
dr

APPLE - La nouvelle sonne comme un symbole de l'année que vient de vivre, ou plutôt de subir, Apple. L'action de la pomme est tombée ce lundi 17 décembre en dessous des 500 dollars à l'ouverture du Nasdaq, une première depuis février. Pourtant, elle avait atteint son plus haut historique le 19 septembre dernier, veille du lancement de l'iPhone 5, à 702 dollars, soit 30% de plus qu'en cette fin décembre.

Malgré cela, Apple pourrait enregistrer un bénéfice de 42 milliards de dollars en 2012, selon le consensus des analystes. Apple est le leader du marché des tablettes, détient 17% du marché des smartphones, n'a jamais vendu autant d'ordinateurs Macintosh qu'aujourd'hui... et pourtant. Le fabriquant de l'iPod et de l'iPhone n'a jamais semblé aussi fébrile, ce qui se traduit en Bourse.

Prenons la part de marché des tablettes tactiles. Si elle culmine à 50,4% au niveau mondial, cela représente une chute de 9,3% en une année, pendant que Samsung a crû de 11,9% et Amazon de 9%. Sur le marché de la téléphonie mobile, Apple représente 6,1% des ventes mondiales, quand Samsung affiche 23,7% et Nokia 18,7%. Au 3ème trimestre 2012, Cupertino a vendu 27 millions d'iPhone, quand Samsung a inondé le marché de 105 millions d'unités...

Apple joue son va-tout sur la Chine

Le gadin boursier que vit actuellement Apple s'explique par les recommandations des analystes financiers. Pour Citigroup, les ventes de l'iPhone 5 ne seront pas suffisamment vigoureuses pour faire rebondir l'action. Certains courtiers évoquaient cependant "un recul trop important qui ne semble pas être justifié dans les faits", selon Pension Partners.

Malgré le pessimisme global des analystes, Apple a tout de même annoncé une bonne nouvelle dimanche 16 décembre. L'entreprise a vendu "plus de deux millions" d'exemplaires de son smartphone star à l'occasion du premier week-end de commercialisation en Chine. C'est bon, mais pas suffisant.

Pour le cabinet T.H. Capital, "les consommateurs font preuve de moins d'intérêt pour l'iPhone 5 que pour l'iPhone 4/4S." En outre, "les prix élevés de l'iPhone 5 font fuir les clients", sans compter que "les circuits de vente d'Apple en Chine peuvent encore être optimisés du point de vue des ventes et des services".

» Pourquoi Steve Jobs n'aurait jamais laissé sortir l'iPhone 5

La signature imminente d'un partenariat avec le géant China Mobile pourrait cependant rassurer les marchés. Avec 700 millions d'abonnés, c'est le premier opérateur du monde. On imagine bien le potentiel que pourraient avoir des offres sur des smartphones subventionnés.

» Apple pourrait toucher 700 millions de personnes en plus

Faiblesse de la R&D, tout un symbole

Apple n'est pas encore à l'article de la mort non plus. La situation de la pomme, bien que fébrile, est sans commune mesure avec celles de ses concurrents Nokia et RIM. Le premier a perdu 87% de sa valeur boursière en cinq ans, tandis que le fabriquant du Blackberry a chuté de plus de 90% sur la même période. La Canadien est d'ailleurs sorti du Nasdaq-100 lundi 17 décembre, ce qui en dit long sur sa santé financière.

Pour autant, Apple ne doit pas insulter l'avenir. L'entreprise continue à proposer des produits dans une gamme de prix très élevée, sans proposer un "plus" incontournable. Cette politique est illustrée par l'iPad Mini, fer de lance de la pomme pour les fêtes de fin d'année. La tablette petit format est ainsi proposée à 339 euros, quand Samsung propose la sienne à 299 euros, Google et Amazon à 199 euros.

Mais, plus grave, le total des dépenses en recherche et développement (R&D) de l'entreprise fait craindre des lendemains difficiles. Si Apple les augmente de 30 à 40% par an depuis 2010, elles restent toujours trois fois inférieures à celles du frère-ennemi Microsoft ou encore Samsung. Comme un symbole, Steve Wozniak, co-fondateur d'Apple avec Steve Jobs, estime que le fabriquant de Windows est actuellement une entreprise plus innovante que la pomme. Selon ce gourou de l'informatique, Microsoft prend des risques en sortant des produits inédits, alors qu'Apple ne fait qu'améliorer ses produits connus. Ce qui n'est jamais très favorable dans un secteur en constante mutation...

Découvrez en bas de page un diaporama des meilleurs détournements humoristiques d'Apple...

LIRE AUSSI

» Google Maps fait son grand retour sur l'iPhone

» Apple pourrait toucher 700 millions de personnes en plus

» Révolution de palais chez Apple

apple 2012 bilan

Les photos et vidéos anti-iPhone 5
sur
Partager
Tweeter
Partager
fermer
Image affichée