Huffpost Canada Quebec qc

Ottawa veut modifier l'usage médical de la marijuana

Publication: Mis à jour:
MARIJUANA
(Shutterstock) | Shutterstock

La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, a annoncé dimanche en Colombie-Britannique qu'Ottawa se propose de modifier le règlement sur l'accès de la marijuana à des fins médicales.

Santé Canada veut ainsi interdire la production de marijuana médicale à des particuliers qui sont détenteurs de permis et donner à des entreprises privées le droit de produire et distribuer la plante aux malades.

Par conséquent, les particuliers ne pourront plus faire pousser du cannabis dans leurs résidences privées et les règlements municipaux de zonage devront être respectés afin d'améliorer la sécurité du public.

« Le règlement actuel sur l'accès à la marijuana à des fins médicales donne lieu à des abus », a déclaré la ministre dans un communiqué, en faisant état de plaintes soulevées par des services d'incendies et différentes municipalités au pays.

D'après le président de l'Association canadienne des chefs de pompiers, Stephen Gamble, « une installation de culture de marijuana sur 22 prend feu, ce qui est plus de 24 fois supérieur aux incendies recensés dans les maisons ordinaires ».

Santé Canada précise que le nombre de participants au Programme d'accès à la marijuana à des fins médicales est passé d'environ 500 personnes en 2002 à plus de 26 000 aujourd'hui.

Le gouvernement fédéral veut également se retirer de ce commerce et soumettre l'utilisation médicale de la marijuana aux mêmes règles que les autres ordonnances.

Inquiétude chez les médecins

La décision d'Ottawa préoccupe cependant l'Association médicale canadienne (AMC), qui souligne que ces drogues n'ont pas été soumises à des tests cliniques, comme c'est le cas pour les autres médicaments d'ordonnance.

« Le risque de préjudice est énorme pour les patients et la décision du gouvernement fédéral est l'équivalent de demander aux médecins de rédiger des ordonnances les yeux fermés », a déclaré sa présidente, la Dre Anna Reid.

Elle ajoute que la marijuana a des variétés différentes et que les patients ne voudraient pas voir les médecins prescrire, par exemple, des médicaments pour le coeur ou le cancer sans avoir de preuves scientifiques à l'appui.

Le gouvernement entend mettre en oeuvre cette nouvelle réglementation à partir du 31 mars 2014.