Huffpost Canada Quebec qc

Moins de nourriture recueillie à certains endroits à cause du lock-out

Publication: Mis à jour:

MONTRÉAL - Le lock-out dans la LNH ne fait pas que frustrer les amateurs - les banques alimentaires en ressentent aussi les contrecoups.

Dans le passé, des bars et restaurants axés sur le sport ont mis en place des dépôts de nourriture dans le temps des Fêtes, mais en l'absence de hockey, la diminution du nombre de clients pèse lourd pour certaines entreprises.

«Nous avons eu des appels de 23 emplacements différents, la plupart des bars sportifs qui recueillaient de la nourriture, l'an dernier, mais qui cette année ont dû congédier du personnel, a dit Tommy Kulczyk, directeur des services d'urgence de Sun Youth, à Montréal. Ils n'ont pas l'esprit à la cueillette de quoi que ce soit.»

Il a aussi fait remarquer que lors des récentes années les épouses et compagnes des joueurs du CH ont organisé de fructueuses cueillettes dans le cadre d'un match.

«On ne verra pas ça cette année», a t-il ajouté.

Le Canadien participera tout de même à un programme qui donne des cadeaux à des enfants dans le besoin.

Kathryn Sim de la Calgary Food Bank, de son côté, n'a pas vraiment constaté d'impact sur son organisation. Elle dit que bien qu'ils organisent quelques collectes annuelles au Saddledome, ils travaillent davantage avec les Stampeders, de la LCF.

Chris Albi, de Winnipeg Harvest, dit que les gens s'ennuient des Jets, mais qu'il ne voit pas de baisse dans la quantité de denrées recueillies.

«La générosité est là comme toujours», résume t-il.

À Vancouver, les Canucks ont fait du bénévolat à la Greater Vancouver Food Bank, notamment, en plus de se joindre à d'autres groupes comme hôtes d'un repas pour 1400 personnes du Downtown Eastside, en octobre.