Alors qu’Hydro-Québec demande à la Régie de l’énergie d’accepter une augmentation de la facture d’électricité de 3,3% à compter du 1er avril 2013, on apprend que la Société d’État a procédé à 41 305 débranchements pour cause de mauvais paiement en 2012. Des chiffres qui inquiètent les associations de consommateurs.

L’an dernier, Hydro avait atteint un nouveau record avec 50 649 débranchements, comparativement à 36 010 en 2010.

Une lettre signée par les dirigeants d’Hydro-Québec, qui remerciaient les employés du secteur du recouvrement pour les bons chiffres, avait également causé une polémique au sein de la population, en 2011.

Un épisode dont se souvient David Labrosse, le porte-parole du SCFP-2000, le Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau d’Hydro-Québec. «Il y a quand même une progression importante depuis les cinq dernières années», dit-il, indiquant que la lettre de l’an dernier parlait de 55 000 débranchements.

Hydro-Québec enregistre dans le même temps une diminution des mauvaises créances. Elles s’élèvent à «80,2 M$ en 2012, comparativement à 91,1 M$ en 2011 et à 137,8 M$ en 2010», a fait savoir Patrice Lavoie, le porte-parole d’Hydro.

Ce dernier souligne aussi que plus de clients ont payé les sommes dues après la réception d’un avis en 2012. «Il est à noter également que le nombre d'ententes de paiement prises avec des clients à faible revenu en difficulté a augmenté de 49 % en 2011 et s’est généralement maintenu en 2012», décrit-il.

Des chiffres inquiétants

Malgré sa diminution en 2012, le chiffre demeure encore élevé, estime Richard Dagenais du comité énergie à l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) de Québec, un organisme de défense des droits des consommateurs.

«Cette baisse du nombre d’interruptions s’explique par deux facteurs : l’amélioration de l’économie et les efforts d’Hydro pour accentuer l’aide pour les familles à faible revenu», dit-il.

Selon M. Dagenais, le nombre raisonnable d’interruptions devrait tourner autour de 20 000 abonnés, comme l’indiquent les données d’Hydro-Québec entre 2007 et 2009.

Une opinion partagée par l’analyste d’Option consommateurs. «Ils tapent sur la peur et le spectre du débranchement pour le recouvrement. […] C’est difficile aussi de savoir si l’ensemble des interruptions sont justifiées. Il faut surtout augmenter les ententes de paiement», soutient Olivier Bourgeois.

Il rappelle que les mauvaises créances s’ajoutent aux budgets de dépenses d’Hydro-Québec. Ce qui représente, selon lui, environ 0,01% de la hausse du tarif demandée à la Régie par la Société d’État.

D’où l’argument de M. Bourgeois de favoriser les ententes de paiement au lieu des débranchements de service. «Les débranchements et les mauvaises créances sont des coûts pour l’ensemble du Québec», déplore-t-il.

En parallèle, le porte-parole d’Hydro indique que 86% des clients acquittent leur facture à l’échéance, ou avant. «Le processus de recouvrement comporte l'envoi de plusieurs avis et rappels avant d'en venir à une interruption de service, qui est une solution de derniers recours, lorsque toutes les démarches précédentes ont été épuisées», résume-t-il.

Les mauvais payeurs profitent actuellement d’une période de sursis. Pour des raisons humanitaires, aucune interruption n'est effectuée du 1er décembre au 31 mars pour les clients qui se chauffent à l’électricité.

Loading Slideshow...
  • Les faits saillants du budget

    Québec ira chercher 230 millions $ de plus par année dans la poche des consommateurs grâce à l'augmentation de la taxe sur le tabac (4 $ par cartouche) et l'alcool (bière, vin et spiritueux). Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    La facture d'électricité va augmenter dès 2014. Le Parti québécois s'était engagé à geler le tarif du bloc patrimonial, mais il sera indexé au rythme de l'inflation. Hydro-Québec abolira 2000 postes. Photo: PC Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    Le fardeau fiscal des contribuables aisés ayant un revenu supérieur à 100 000 $ sera alourdi, le taux d'imposition étant majoré de 1,75 point de pourcentage pour cette catégorie de revenus. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    L'objectif visant à atteindre l'équilibre budgétaire en 2013-2014 est maintenu. Comme prévu par le gouvernement précédent, le déficit atteindra cette année 1,5 milliard $. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    La règle des 15 ans qui favorisait le secteur pharmaceutique est abolie. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    Québec reporte son projet de hausser considérablement les redevances imposées aux minières. Photo: Archives Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    Le gouvernement cherchera à freiner la croissance de ses dépenses, fixée à 1,8 pour cent en 2013-2014. Le budget du ministère de la Santé (31,3 milliards $) pourra croître de 4,8 pour cent, mais d'autres ministères verront le leur diminuer. Au total, pour l'année qui vient, l'économie représentera 122 millions $. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    L'effort de compressions budgétaires demandé aux sociétés d'État atteindra 290 millions $ en 2013-2014. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    Québec reportera certains projets d'immobilisation et d'infrastructures, ne dépensant pas plus de 9,5 milliards $ par an à ce chapitre, au cours des cinq prochaines années, une baisse de 1,5 milliard $ par rapport aux prévisions du gouvernement précédent. Photo: Shutterstock Texte: PC

  • Les faits saillants du budget

    Le Fonds des générations devait être aboli, mais il sera maintenu avec l'injection d'un milliard $ en 2013-2014. Photo: Shutterstock Texte: PC