Place au cinéma! ... De rouille et d'os, Le Hobbit - Un voyage inattendu, La fin du temps, Hyde Park on Hudson, Kirikou et les hommes et les femmes... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.


Loading Slideshow...
  • LE HOBBIT - UN VOYAGE INATTENDU (The Hobbit - An Unexpected Journey) (4)

    <strong>États-Unis. 2012. 169 min</strong>. Drame fantastique de Peter Jackson avec Martin Freeman, Richard Armitage, Ian McKellen, Ken Stott, Sylvester McCoy, Andy Serkis, Hugo Weaving, Christopher Lee, Cate Blanchett. Le vénérable Bilbo Baggins écrit à l'intention de son neveu Frodo le récit des aventures qu'il a vécues autrefois aux côtés du magicien Gandalf et d'une troupe de treize nains. À son corps défendant, mais sur l'insistance de Gandalf, le jeune et paisible hobbit s'était joint en tant que cambrioleur à l'expédition de ces fiers guerriers, désireux de se réapproprier leur royaume et son fabuleux trésor niché dans la Montagne solitaire, désormais occupée par le féroce dragon Smaug. Au cours de ce voyage périlleux, les nains, menés par le vaillant prince héritier Thorin, ont affronté trolls, loups, orcs et goblins cruels, avec l'aide du rusé Gandalf pour les sortir des mauvais pas. C'est également durant ce périple que l'insécure Bilbo a rencontré dans une grotte Gollum, un petit être hideux et schizophrène à qui il volera un précieux anneau aux propriétés magiques. Très fidèle au roman de Tolkien - dont l'action est antérieure à celle du "Seigneur des anneaux" -, visuellement époustouflant et vigoureux à souhait, ce premier volet d'une nouvelle trilogie de Peter Jackson se révèle par contre beaucoup trop étiré sur le plan narratif. L'interprétation offre en revanche le mélange voulu de gravité et de drôlerie.

  • DE ROUILLE ET D'OS (3)

    <strong>France. 2012. 122 min.</strong> Drame de Jacques Audiard avec Matthias Schoenaerts, Marion Cotillard, Armand Verdure, Céline Sallette, Corinne Masiero, Bouli Lanners, Jean-Michel Correia. Ali, père d'un enfant qu'il traite davantage comme un petit frère gêneur, débarque à Antibes avec lui et s'installe chez sa soeur, caissière de supermarché. Ayant décroché un job de videur dans une boîte de nuit, il croise Stéphanie, une dresseuse d'épaulards. Initialement rebutée par cet homme fruste qui la raccompagne chez elle un soir après l'avoir sauvée d'une agression, la jeune femme reprend contact avec lui quelques mois plus tard après qu'on lui eut amputé les deux jambes à la suite d'un terrible accident de travail. Au contact de cet homme qui ne fait pas grand cas de son handicap, Stéphanie réapprivoise son corps et reprend goût à la vie. Alors qu'un amour possible se profile à l'horizon, Ali, immature émotionnel collectionnant les conquêtes, se défile. Par contre, il s'investit à fond dans des combats à mains nues clandestins, qui pourraient lui permettre de sortir de sa condition précaire. Ce récit amoureux singulier et beau repose sur un scénario dont le territoire en apparence délimité débouche sur un horizon psychologique et social d'une richesse insoupçonnée. En pleine possession de ses moyens, Jacques Audiard (UN PROPHÈTE) déploie une mise en scène organique et sensuelle. Matthias Schoenart et Marion Cotillard sont confondants de vérité.

  • LA FIN DU TEMPS (The End of Time) (4)

    <strong>Canada. 2012. 114 min.</strong> Documentaire de Peter Mettler. Articulé au moyen d'images de la nature et de la science en action glanées aux quatre coins de la planète, intercalées à d'autres montrant les sociétés occidentales en déliquescence, ce documentaire s'interroge sur la notion insaisissable du temps. Dans la continuité de PICTURE OF LIGHT et GAMBLING, GODS AND LSD, l'Helvéto-Torontois Peter Mettler poursuit son exploration de l'indéfinissable à travers cette méditation frôlant l'abstraction, aux images d'une grande puissance d'évocation. Certains segments captivent, mais au plan de l'argumentation, le film plafonne à mi-chemin.

  • HYDE PARK ON HUDSON (4)

    <strong>Grande-Bretagne. 2012. 94 min.</strong> Drame historique de Roger Michell avec Bill Murray, Laura Linney, Samuel West, Olivia Colman, Olivia Williams, Elizabeth Marvel. À son plus grand étonnement, Daisy Suckley, vague cousine de Franklin Delano Roosevelt, est conviée à Hyde Park on Hudson, résidence secondaire du président des États-Unis située au Nord de New York, afin de remonter le moral de ce dernier. Nous sommes au printemps de 1939 et, entre les affaires pressantes du gouvernement et les tiraillements familiaux opposant l'épouse et la mère de Roosevelt, la paisible Daisy, célibataire sans fortune, fait tomber la pression. Les visites se répètent et la jeune femme, devenue la maîtresse du président sans savoir qu'elle n'est pas seule à jouer ce rôle, épie au fil des jours les jeux de coulisses dans cette maison de haut pouvoir. Celle-ci se prépare d'ailleurs à recevoir la visite du roi George VI et de son épouse la reine Elizabeth, premiers monarques britanniques à fouler le sol américain depuis la Guerre d'indépendance. Leur but: obtenir l'appui des États-Unis alors que la Grande-Bretagne s'apprête à entrer en guerre contre l'Allemagne d'Hitler. Ce téléthéâtre grand luxe, vaguement inspiré du "Songe d'une nuit d'été" et textuellement de la pièce de Richard Nelson, donne à Laura Linney l'opportunité de mettre en valeur son immense talent, et à Bill Murray celle de varier la proposition. Au-delà de quoi il manque à ce film de Roger Michell (NOTTING HILL) criblé de bons mots un souffle qui le ferait lever.

  • JOIE! PORTRAIT D'UNE NONNE (Joy! Portrait of a Nun) (4)

    <strong>Canada. 2012. 72 min.</strong> Documentaire de Joe Balass. Portrait de Mish, alias Sister Missionary Position Delight, un barbu sexagénaire qui, en 1979 à San Francisco, a participé à la fondation des Soeurs de la perpétuelle indulgence, un groupe de nonnes masculines militant pour les droits des homosexuels. Filmée sur une période de 7 ans, cette incursion intime dans un univers marginal bariolé, aux visées sociales généreuses, s'avère aussi inspirante que rigolote. Tout de même, Joe Balass (LE DIABLE DANS L'EAU BÉNITE) a vite fait le tour de son sujet, de sorte que certaines scènes de festivités entre les excentriques militants ont tendance à s'étirer.

  • KIRIKOU ET LES HOMMES ET LES FEMMES (4)

    <strong>France. 2012. 89 min.</strong> Film d'animation de Michel Ocelot. Un vénérable conteur évoque diverses aventures survenues à Kirikou, son petit-fils espiègle et futé. Grâce à sa grande débrouillardise, le minuscule enfant a sauvé un vieux grincheux des griffes d'une hyène affamée puis aidé une voisine acariâtre à reconstruire sa case après un incendie. Habitué de défier la méchante sorcière Karaba et ses redoutables fétiches, lesquels brisent sans cesse la quiétude des siens, Kirikou trouve une alliée inattendue en la personne d'une vieille griotte, sage et éloquente, qui va transmettre son savoir aux habitants du village. Ce troisième épisode des aventures du petit héros africain par le grand maître du cinéma d'animation français Michel Ocelot (AZUR ET ASMAR), se distingue par son esprit naïf et la beauté chatoyante des dessins. Si la formule commence à épuiser ses réserves de surprises, la pensée humaniste du cinéaste reste toutefois au premier plan.

  • LA MISE A L'AVEUGLE (4)

    <strong>Canada. 2012. 80 min.</strong> Drame psychologique de Simon Galiero avec Micheline Bernard, Louis Sincennes, Marc Fournier, Christine Beaulieu, Julien Poulin, Pierre-Luc Brillant. Denise vient d'emménager dans un petit appartement d'un quartier populaire de Montréal où elle a grandi et connu son mari, qu'elle vient de quitter. Nouvellement retraitée de la société de placements qu'elle dirigeait avec ce dernier et qui aujourd'hui se retrouve dans la mire de l'Autorité des marchés financiers, la quinquagénaire froide, peu loquace et très fortunée a tiré un trait sur son passé. Il faut dire que son mari et ses anciens collègues, qui lui reprochent une douloureuse purge dans le personnel, l'ont ostracisée. Et que son fils, placé à la tête de la compagnie, la méprise ouvertement. En revanche, Paul, son voisin de palier sexagénaire, lui tend la main et la présente à ses partenaires de poker. Auprès de ce séducteur alcoolique, de son jeune colocataire Éric, un rêveur qui étudie la comptabilité, et de Julie, serveuse et amante des deux hommes, l'ex-directrice financière retrouve une sorte d'équilibre. S'il n'est pas dépourvu de maladresses, ce second long métrage de Simon Galiero (NUAGES SUR LA VILLE) comporte aussi son lot de moments forts, imputables à une écriture précise, une mise en scène économe, ainsi qu'à la forte présence de Micheline Bernard, très juste dans la peau d'une femme de chiffres essuyant l'ardoise de son passé.

  • GREGORY CREWDSON - BRIEF ENCOUNTERS

    <strong>États-Unis. 2012. 77 min.</strong> Documentaire de Ben Shapiro. Le processus créatif de Gregory Crewdson, photographe du Massachusetts qui prend des semaines à concevoir ses sujets - souvent issus de ses souvenirs ou de ses envies les plus profondes , et à les mettre en scène dans des compositions complexes.