NEW DELHI - Ravi Shankar, un virtuose indien du sitar est décédé. Il était âgé de 92 ans.

Le premier ministre de l'Inde a confirmé la nouvelle, le qualifiant au passage de «trésor national».

Au fil d'une carrière qui s'est étendue sur huit décennies, Shankar a contribué à faire découvrir les traditions centenaires de la musique indienne aux amants du classique, de jazz et de rock de l'Occident.

Il a été une icône musicale hippie dans les années '60, joué à Woodstock, frayé avec les Beatles et a été surnommé le «parrain de la musique mondiale», par George Harrison, l'ex-guitariste du fameux quatuor de Liverpool.

Shankar a également été un pionnier du concept des spectacles-bénéfices avec le Concert pour le Bangladesh en 1971. Pour les générations suivantes, il s'est aussi fait connaître à titre de père de la populaire chanteuse américaine Norah Jones.

Alors qu'il tentait d'unir les philosophies musicales de l'Orient et de l'Occident, Shankar a collaboré avec Harrison, le violoniste américain Yehudi Menuhin et le saxophoniste de jazz John Coltrane.