POLITIQUE

Hydro-Québec demande à augmenter ses tarifs de 3,3% à partir du 1er avril

12/12/2012 12:38 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST
AP
FILE- In this Wednesday, Sept. 10, 2003, file photo, the setting sun silhouettes electric transmission lines crossing Berea, Ohio. A sharp decline in the price of natural gas makes it much cheaper for U.S. utilities to produce electricity. It just isn't having any impact on homeowners' monthly bills. Instead of falling, electricity prices aren't budging. They are rising just as families begin cranking up their air conditioners. (AP Photo/Mark Duncan, File)

MONTRÉAL - Les clients d'Hydro-Québec devront assumer une partie de la commande financière que le gouvernement a imposée à la société d'État dans son budget du mois dernier.

Hydro-Québec a déposé mercredi auprès de la Régie de l'énergie une demande pour hausser ses tarifs de 3,3 pour cent à partir du 1er avril. Cet été, elle réclamait plutôt une augmentation de 2,9 pour cent.

Afin de faciliter le retour à l'équilibre budgétaire, le gouvernement de Pauline Marois veut accroître le dividende annuel d'Hydro. Pour y parvenir, le premier budget du ministre des Finances Nicolas Marceau a ordonné à la société d'État de supprimer 2000 postes.

Recourant à un décret, Québec a aussi fixé à 1,46 milliard $ les coûts annuels d'exploitation d'Hydro pour 2013-14, soit 30 millions $ de plus que ce que prévoyait l'entreprise. C'est pour éponger ce bond artificiel de ses dépenses qu'Hydro-Québec demande désormais une hausse plus élevée de ses tarifs.

Il y a de très bonnes chances que la Régie entérine l'augmentation de 3,3 pour cent puisque le gouvernement a obligé l'organisme réglementaire, dans son décret, à respecter sa volonté sans effectuer son analyse habituelle.

Il faudra voir si des clients mécontents envisageront de poursuivre le gouvernement pour avoir dépouillé la Régie de ses pouvoirs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du 1er budget Marceau