Huffpost Canada Quebec qc

Montréal en lumière 2013 : musique, bonne bouffe et chaleur de Buenos Aires

Publication: Mis à jour:
(Flickr / Montréal en Lumière)
(Flickr / Montréal en Lumière)

Il y avait foule, à l’Astral, mardi après-midi, au dévoilement de la programmation de la 14e édition de Montréal en lumière (MEL), qui se tiendra du 21 février au 3 mars 2013. De plus en plus couru, l’événement, qui combine culture et gastronomie, mettra cette fois à l’honneur la ville de Buenos Aires, et présentera divers spectacles de musique, de théâtre, de cirque, de danse et de marionnettes, en plus de convier ses visiteurs aux tables des meilleurs chefs. Le pianiste québécois de renommée internationale Alain Lefèvre et le batteur argentin Daniel Piazzolla agiront à titre de coprésidents d’honneur du volet artistique.

Alors que, l’an dernier, le MEL s’articulait autour de la Wallonie-Bruxelles, c’est la chaleur de l’Argentine et de la cité de Buenos Aires qui teintera cette nouvelle mouture. Pour le spectacle d’ouverture, le 21 février, la troupe de La Pista Tango et son orchestre prendront d’assaut le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Un illustrateur retracera en direct, sur écran géant, les mouvements des danseurs de tango, dans une atmosphère chic et suave.

Dans cette même série, baptisée Caliente!, La Pista Cabaret (24, 25 et 26 février) donnera l’opportunité aux danseurs en herbe de se déhancher sur des rythmes latins. Dans la même veine, Daniel Piazzolla, qui est aussi le petit-fils du maître du tango argentin Astor Piazzolla, lèvera son chapeau à son célèbre grand-père en interprétant quelques-uns de ses classiques, dans Escalandrum – Piazzolla Plays Piazzolla, le 2 mars, à l’Astral.

Des performances de Marie-Josée Lord (25 février), Éric Bibb et Habib Koité (1er mars) et The Planet Smashers (22 février) viendront compléter ce tableau ensoleillé.

Retour de Pierre Lapointe

Autre grosse prise pour l’organisation de Montréal en lumière : le chanteur Pierre Lapointe y lancera son nouvel album, Punkt, lors d’une prestation-événement, le 26 février, au Théâtre Maisonneuve. L’enfant chéri de la chanson d’ici se commettra alors sur ses plus grands succès, mais interprétera surtout l’intégrale de son plus récent matériel, accompagné de 30 musiciens et d’invités comme Random Recipe et Albin de la Simone. Chaque spectateur repartira ensuite avec une copie du disque. Lapointe n’avait pas pris part au MEL depuis 2009, alors que Mutantès avait ravi public et critiques.

Sensation de l’heure depuis son passage à Tout le monde en parle, il y a quelques semaines, Karim Ouellet élargira sans doute son bassin d’admirateurs lorsqu’il foulera la scène de l’Astral, le 3 février. On note aussi la présence de l’artiste français –M- (21 et 22 février), de Catherine Durand (27 février), de Dany Placard (28 février), du tandem Luc De Larochellière et Andrea Lindsay (21 février), d’Anik Jean (26 février), de Bernard Adamus (23 février), de Daniel Lavoie (23 février), de Bénabar (1er mars) et de Moran (25 février), pour ne nommer que ces noms. Quantité d’autres ambassadeurs de la langue de Molière prendront aussi part à la fête.

Du côté anglophone, on inscrit à son agenda la date du 26 février si on souhaite admirer la grande Diana Krall sur les planches de la Salle Wilfrid-Pelletier. La chanteuse et pianiste revisitera son nouvel opus, Glad Rag Doll, où elle reprend des airs des années 1920 et 1930. En parallèle, l’ensemble Voca People (22 et 23 février), The Zombies (28 février), Colin Moore (21 février), Elisapie (27 février) et le trio torontois Badbadnotgood (22 février) seront aussi de la partie.

Des soirées thématiques allant du classique au jazz et au gospel sont par ailleurs au programme. En ce qui a trait aux autres arts de la scène, mentionnons, en vrac, la relecture des Muses orphelines, de Michel Marc Bouchard, mettant en vedette Maxime Denommée, Macha Limonchik, Nathalie Mallette et Léane Labrèche-Dor, au Théâtre Jean-Duceppe, du 20 février au 30 mars; la pièce Marius et Fanny, de Marcel Pagnol, avec Rémy Girard, au Théâtre du Rideau Vert; le Festival Mondial du Cirque de Demain, où clowns, jongleurs, trapézistes et autres acrobates s’éclateront sous l’enseigne de La Tohu, du 19 février au 3 mars; les soupers-spectacles valsant entre Broadway et les légendes de la soul au Balcon, et l’exposition des œuvres de l’artiste-peintre Tony Bennett à la Galerie de la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, du 14 février au 14 avril.

Pour connaître la programmation complète de Montréal en lumière 2013, de même que les salles où se tiendront les différents spectacles, ou pour se procurer des billets, on consulte le www.montrealenlumiere.com. Les billets seront en vente le 13 décembre à midi.

Volet culinaire : Entre Buenos Aires, Philadelphie et Saguenay-Lac-Saint-Jean

Sous la présidence d’honneur de Francis Mallmann (chef du réputé restaurant argentin Patagonia Sur), l’incontournable volet culinaire de Montréal en lumière ne laissera encore une fois personne sur son appétit en 2013. Dans le cadre de l’activité Bonnes Tables, une cinquantaine de restaurants de la métropole proposeront des attractions et des menus spéciaux pendant toute la durée du festival. Des chefs de Buenos Aires, de Philadelphie et du Saguenay Lac-Saint-Jean seront jumelés aux cuistots d’ici pour faire vibrer les papilles des gourmands. Le Repas convivial de Buenos Aires, une grande dégustation de plats typiques argentins, donnera le coup d’envoi à la Nuit Blanche, le 2 mars, au Marché Bonsecours. D’autres rendez-vous marquants, comme la Fête des fromages d’ici (du 20 au 23 février), la conférence sensorielle Épices : de la chimie au plaisir (28 février) ou encore les Ateliers Air France de l’Académie Culinaire (du 22 février au 2 mars), et plusieurs autres rassemblements épicuriens, sont aussi assurés de connaître du succès. Pour en savoir plus : www.montrealenlumiere.com.