MONTRÉAL - Québec vient en partie réparer auprès des artistes les dommages causés par la nouvelle loi fédérale sur les droits d'auteur.

Les ministres de l'Éducation, Marie Malavoy, et de la Culture et des Communications, Maka Kotto, ont annoncé mardi la conclusion de deux ententes touchant les droits des artistes, dont une qui constitue une première, puisqu'elle inclut les artistes interprètes.

Dans le cas de Copibec, qui gère collectivement les droits de reproduction d'éditeurs et auteurs, il s'agit d'un renouvellement d'entente pour rétribuer les créateurs d'oeuvres littéraires pour l'utilisation de leurs oeuvres dans les écoles primaires, secondaires et établissements préscolaires, publics et privés.

Copibec touchera 3 millions $ par année entre le 12 décembre cette année et le 30 juin 2015.

L'autre entente concerne Artisti, qui gère collectivement les droits pour les artistes interprètes. Cette fois, cette société de l'Union des artistes touchera plus de 200 000 $ par année du 1er janvier prochain au 30 juin 2015 pour la reproduction de prestations enregistrées sur support numérique dans les écoles.

«Pour la première fois, il y a une entente qui va toucher les artistes interprètes. Cest un grand jour!», s'est exclamé Raymond Legault, vice-président d'Artisti.

Dans sa nouvelle Loi modernisant le droit d'auteur, le gouvernement fédéral avait prévu certaines exceptions, dont celle du milieu scolaire. Il disait vouloir ainsi offrir «davantage de liberté au secteur de l'enseignement» en présentant un concept appelé «droit d'auteur équilibré».

Le gouvernement du Canada rappelait à l'époque que «l'utilisation équitable des oeuvres protégées est limitée aux cinq activités suivantes: la recherche, l'étude personnelle, la publication de reportages, la critique et l'examen. Le projet de loi (devenu loi) ajoute à ces activités l'enseignement, la parodie et la satire, que l'on considère comme des avantages pour la société».

Les regroupements d'artistes, surtout au Québec, avaient protesté et demandé des amendements, en vain.

«Quand les créateurs nous font l'honneur de nous permettre d'avoir à l'intérieur des écoles accès à leur art, la moindre des choses que l'on puisse faire, c'est de les rétribuer à leur juste valeur. Et il y a consensus au Québec à cet égard», a justifié la ministre Malavoy.

Le gouvernement du Québec est le seul au pays à avoir ainsi donné l'exemple en continuant de payer les droits des artistes, malgré la loi fédérale, a affirmé la ministre Malavoy. Elle a dit souhaiter que cela suscite une certaine émulation chez ses homologues des autres provinces.

En plus des deux sociétés représentant des artistes qui ont signé l'entente avec les ministres, l'Association nationale des éditeurs de livres a aussi réagi favorablement à cette entente.

«Le gouvernement ne fait pas simplement reconduire une entente sur les droits de reproduction, il affirme que devant la vague déferlante d'attaques contre le droit d'auteur au Canada, le Québec érige un barrage», a commenté son président, Jean-François Bouchard.

«Nous nous félicitons que le gouvernement du Québec maintienne le cap en matière de respect du droit d'auteur et qu'il envoie un message clair à l'effet que sans une juste rétribution pour ses auteurs, le livre d'ici ne peut vivre», a-t-il ajouté.

Loading Slideshow...
  • Un gouvernement du Parti québécois ne <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/06/pq-integrite-elus_n_1749328.html" target="_hplink">demandera pas à ses élus de remplir la caisse électorale</a>, pas plus à ses ministres qu'à ses députés. L'effort reposera sur les militants.

  • Le Parti québécois a <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/04/soins-domicile-parti-quebecois_n_1742718.html" target="_hplink">promis la création d'une politique nationale de soins et de services à domicile</a>. Pauline Marois veut regrouper et augmenter les services offerts aux personnes en perte d'autonomie qui souhaitent rester à la maison. La chef péquiste a promis d'ajouter 120 millions de dollars aux 380 millions déjà prévus par le gouvernement, pour atteindre une enveloppe de 500 millions d'ici cinq ans.

  • <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/03/marois-pq-banque-developpement-quebec_n_1737944.html" target="_hplink">Création d'une Banque de développement économique du Québec</a> dont le mandat serait de soutenir la croissance, d'aider les entreprises à démarrer, surtout en région et dans le domaine de l'économie sociale, en leur donnant accès à du capital de risque.

  • La chef du Parti québécois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/13/parti-quebecois-garderies-place-enfant_n_1772776.html" target="_hplink">«garantit» une place en garderie pour tous les enfants qui en ont besoin d'ici la fin du premier mandat d'un gouvernement péquiste</a>. Le PQ maintiendra le tarif à 7$ jusqu'à ce que l'objectif d'une place par enfant soit atteint.

  • Pauline Marois a promis de<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink"> tenir un vaste sommet sur la gestion et le financement des universités</a> et d'abroger la loi 78, que la leader souverainiste juge «ignoble».

  • Un gouvernement Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/02/charest-parle-economie-adversaires-le-ciblent_n_1733168.html" target="_hplink">embauchera 600 professionnels supplémentaires d'ici 2015 afin de contrer le décrochage scolaire</a>. Le PQ évaluera aussi la possibilité d'implanter dans les milieux défavorisés la maternelle à quatre ans à temps plein, et verra à renforcer l'autonomie des établissements scolaires.

  • Un gouvernement péquiste <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/09/pauline-marois-pq-fonds-protection-entreprises_n_1760351.html" target="_hplink">reviendra à une forme de nationalisme économique à la Caisse de dépôt</a> en créant un fonds d'investissement stratégique de 10 milliards $, pour protéger les entreprises contre les prises de contrôle étrangères.

  • Pauline Marois a promis de faire <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/08/14/pq-propose-une-charte-laicite_n_1775508.html" target="_hplink">adopter une charte de la laïcité</a> dans les services publics advenant l'élection de son parti. La charte reposerait sur les principes de neutralité de l'État et de prépondérance de l'égalité entre les femmes et les hommes.