NEW YORK, États-Unis - L'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) et la femme de chambre qui l'accusait d'agression sexuelle ont conclu un accord lundi pour régler la poursuite civile qu'elle avait intentée à New York.

Ces allégations avaient forcé Dominique Strauss-Kahn à démissionner de son poste au FMI et à abandonner ses ambitions présidentielles en France, en plus d'attirer l'attention sur ses relations avec les femmes et ses moeurs sexuelles.

Le juge Douglas McKeon, de la Cour suprême de l'État de New York, a annoncé qu'après de longues négociations ayant suivi la plainte portée par Nafissatou Diallo, les deux parties «se sont rencontrées et ont établi les termes d'un règlement du dossier».

Le montant du règlement n'a pas été divulgué.

Dominique Strauss-Kahn n'a pas assisté à l'audience de lundi devant le tribunal du Bronx. Plusieurs heures avant l'audience, des journalistes l'ont vu sortir de sa résidence à Paris. Il a refusé de répondre aux questions des médias au sujet de l'accord.

Nafissatou Diallo, qui était présente au tribunal, a semblé calme et déterminée quand l'accord a été annoncé.

«Je remercie tous ceux qui m'ont soutenue à travers le monde. Je remercie Dieu. Que Dieu vous bénisse», a-t-elle dit après l'audience.

Son avocat, Kenneth Thompson, a déclaré que Mme Diallo était «une femme courageuse et forte qui n'a jamais perdu la foi envers le système judiciaire».

«Avec ce règlement, elle peut aller de l'avant dans sa vie», a affirmé Me Thompson.

Dans un communiqué, les avocats de M. Strauss-Kahn, William Taylor III et Amit Mehta, ont remercié le juge.

«Au nom de M. Strauss-Kahn, nous sommes heureux d'en être arrivés à un règlement dans cette affaire», ont-ils écrit. «Nous sommes reconnaissants envers le juge McKeon, dont la patience et la tolérance ont permis la formulation de cet accord.»

La poursuite émane d'une rencontre en mai 2011 dans la suite occupée par M. Strauss-Kahn dans l'hôtel où Mme Diallo travaillait à New York. L'affaire a aussi mené à des poursuites criminelles, qui ont été abandonnées quand les procureurs ont soulevé des doutes sur la crédibilité de la plaignante.

Nafissatou Diallo, âgée de 33 ans et originaire de la Guinée, a déclaré à la police que Dominique Strauss-Kahn l'avait forcé à participer à une relation sexuelle orale quand elle est arrivée dans sa suite pour y faire le ménage. M. Strauss-Kahn, 63 ans, maintient qu'il s'agissait d'une relation consensuelle.