Communautés autochtones : les patrouilles de la SQ coûtent cher

Publication: Mis à jour:
POLICE
(PC) | PC

Les patrouilles de la Sûreté du Québec (SQ) dans les communautés autochtones coûtent de plus en plus cher. Leurs coûts ont augmenté de 60 % au cours des dernières années pour atteindre près de 16 millions de dollars.

À Kanesatake, près de Montréal, les patrouilles de la Sûreté du Québec coûtent un peu plus de 3 millions de dollars par année au gouvernement du Québec. C'est presque trois fois plus cher que si la communauté avait son propre corps de police.

En plus de Kanesatake, la SQ patrouille dans 6 autres communautés autochtones au Québec, où les services policiers ont été démantelés. Il s'agit des communautés de :

  • Lac Barrière (Algonquins)
  • Winneway (Algonquins)
  • Unamen Shipu ou La Romaine (Innus)
  • Natashquan (Innus)
  • Matimekosh (Innus)
  • Mingan (Innus)

Selon nos sources, c'est notamment pour des raisons de mauvaise gestion et d'ingérence politique des conseils de bande que la SQ a été appelée en renfort.

Or, ces patrouilles sont effectuées par des policiers en congé qui sont donc payés en heures supplémentaires, explique le lieutenant Michel Brunet, de la Sûreté du Québec.

Résultat: une facture salée, qui ne cesse d'augmenter.

C'est chez les Innus de la Côte-Nord que les coûts de la SQ ont le plus augmenté. La facture y est passée de 684 000 $ en 2006 à 5,8 millions en 2011.

La SQ effectue également des opérations ponctuelles dans d'autres communautés, à la demande des corps policiers locaux, par exemple.

Au total, le coût des opérations de la SQ dans les communautés autochtones est passé de 10 millions de dollars en 2006 à près de 16 millions en 2011. Une augmentation de 60 %.

Selon nos sources, le gouvernement du Québec aimerait bien que les communautés autochtones où patrouille la SQ retrouvent leur propre corps de police. Cela permettrait au ministère de la Sécurité publique de réduire les coûts attribuables aux heures supplémentaires des policiers. Mais les négociations au sein des communautés, et avec le gouvernement, pourraient être ardues.

Par ailleurs, Québec contribue aussi au financement des services de police des communautés autochtones. En 2010-2011, ce financement s'élevait à 38 millions de dollars pour l'ensemble des communautés.