NOUVELLES

Afghanistan: un chef de police est tué, une responsable féminine aussi

10/12/2012 06:53 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

KANDAHAR, Afghanistan - En Afghanistan, un chef de police et une responsable de la condition féminine ont été tués lundi, devenant les plus récentes victimes d'une campagne d'assassinats ciblés contre des dirigeants gouvernementaux.

Le chef de police de la province de Nimroz se rendait chez lui quand sa voiture a été soufflée par une mine artisanale en début de journée. Le général Mohammad Musa Rasouli a été grièvement blessé et il a succombé à ses blessures à l'hôpital, peu de temps après.

Un porte-parole des talibans, Qari Yousef Ahmadi, a affirmé que l'insurrection traquait le général Rasouli et qu'il a été ciblé personnellement.

Toujours lundi matin, des hommes armés ont assassiné la directrice du département de la condition féminine de la province orientale de Laghman.

Najia Sediqi rentrait chez elle du bureau quand elle a été attaquée. Elle avait accepté ce poste après que sa prédécesseure, Anifa Safi, ait été tuée par une bombe en juillet. L'attentat n'a pas été revendiqué et la police fait enquête.

Dans la capitale, Kaboul, quelque 200 femmes ont manifesté lundi en agitant les photos de victimes de crimes de guerre dont les responsables, disent-elles, n'ont jamais été traduits en justice. Elles ont demandé au gouvernement afghan de poursuivre ceux qui auraient commis des crimes de guerre au cours des conflits qui déchirent le pays depuis 30 ans.

Jeudi dernier, un kamikaze a grièvement blessé Asadullah Kahlid, le directeur des services afghans du renseignement.

Dans le sud du pays, pendant ce temps, un soldant membre de l'OTAN a été tué par une bombe, portant à cinq le nombre de soldats internationaux tués ce mois-ci.

PLUS:pc