Le budget de Montréal adopté

Publication: Mis à jour:
MICHAEL APPLEBAUM
Le maire | Agence QMI

La seconde mouture du budget 2013 de la Ville de Montréal a été adoptée par le conseil municipal lundi, en début de soirée, presque à l'unanimité.

Seule la mairesse de l'arrondissement d'Outremont, Marie Cinq-Mars, a voté contre. Les 50 autres élus ont appuyé le budget, qui comporte des hausses de taxe foncière de 2,2 %, plutôt que de 3,3 %.

L'administration de Michael Applebaum renonce ainsi à 32 millions de dollars de revenus par rapport au budget qui avait été présenté en octobre par Gérald Tremblay avant qu'il ne démissionne de son poste de maire.

Des amendements recommandés par la Commission sur les finances et l'administration ainsi que par la Commission de la sécurité publique avaient été adoptés jeudi dernier.

Lors du point de presse qui a suivi les assemblées, le maire Applebaum avait soutenu que la hausse de taxe allait être réduite pour permettre aux contribuables de souffler. « Quand je me suis présenté, j'ai dit clairement que j'allais amener un budget au même niveau que le taux d'inflation, qui est de 2,2 % », avait-il déclaré.

La hausse des tarifs de la Société des transports de Montréal (STM) sera par ailleurs majoré de 2 %, au lieu de 3 %. En guise de dédommagement, la Ville fera passer sa contribution à la STM de 10 à 15 millions de dollars.

Le maire avait également annoncé jeudi l'octroi de 45 millions de dollars à la sécurité publique, de 37 millions aux arrondissements, de 10 millions à la STM, et de 3,5 millions aux bibliothèques.

La Ville avait entrepris de réviser son budget en réponse au tollé soulevé par la hausse de taxes de 3,3 % annoncée alors que des allégations de corruption pesaient sur Union Montréal, le parti au pouvoir.

Éclaboussé par ces allégations, le maire Gérald Tremblay a quitté son poste un an avant la fin de son mandat et Union Montréal a perdu sa majorité à l'Hôtel de Ville, de nombreux élus ayant quitté le parti. La mairesse Cinq-Mars s'est ajoutée lundi à la liste, annonçant qu'elle siégerait dorénavant comme indépendante.