MONTRÉAL _ Richard Henry Bain, l'homme accusé d'avoir ouvert le feu aux abords du Métropolis et d'avoir tué un homme, le soir de la victoire électorale du Parti québécois, subira une évaluation psychiatrique pour déterminer s'il est apte à subir un procès.

Bain est apparu brièvement au palais de justice de Montréal, vendredi. Se lançant dans une longue diatribe, il a tout d'abord tenu à célébrer un "jour saint", soit l'anniversaire de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941.

Bain a ignoré les demandes répétées du juge Robert Marchi de cesser de divaguer et de se concentrer sur la question de son avocat, à savoir s'il savait pourquoi il se trouvait en cour.

"Je suis un soldat chrétien et nous n'arrêterons jamais de combattre les séparatistes diaboliques", a lancé en anglais l'accusé.

"Je me bats pour la liberté, la démocratie, la justice et pour le droit de parler ma langue maternelle", a-t-il ajouté.

L'accusé a plusieurs fois fait référence à Jésus et a parlé d'une mission divine pour laquelle le Christ l'avait choisi comme ambassadeur. "Je suis ici aujourd'hui parce que mon seigneur et sauveur m'a transmis sa vision de paix et d'harmonie pour tous les Canadiens", a-t-il lancé, ajoutant que "ce problème séparatiste, qui a cours depuis 45 ans, ne sera plus".

Après ces propos, le juge en charge de l'affaire a admis qu'une évaluation psychiatrique était nécessaire. Bain reviendra en cour le 17 décembre.

L'avocate désignée d'office de l'accusé, Elfriede Duclervil, a déclaré aux journalistes qu'il était impossible de préparer une défense pour son client.

"M. Bain nous répète les mêmes choses, il est toujours dans le même discours: il est un guerrier de Dieu, il est en mission, c'est Jésus qui l'a choisi, il est un ambassadeur", a précisé Me Duclervil.

"Certains propos ont été tenus, et à la suite de tout ce qui s'est passé, une demande a été faite, par la défense, pour que le juge entérine la suggestion d'envoyer monsieur (Bain) en évaluation psychiatrique", a de son côté indiqué le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher.

Bain, propriétaire d'un camp de chasse et pêche, fait face à 16 chefs d'accusations, dont un de meurtre prémédité, trois de tentative de meurtre, un de voies de fait graves et un autre pour incendie criminel.

Denis Blanchette, un technicien de scène âgé de 48 ans, a été abattu à l'extérieur de la salle de spectacle montréalaise.

La semaine dernière, la première ministre Pauline Marois a déclaré sur les ondes de l'émission "Tout le monde en parle" qu'elle croyait que Bain l'avait spécifiquement ciblée le soir de l'élection.

Loading Slideshow...
  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois dépêchée hors de la scène par deux gardes du corps

  • Pauline Marois dépêchée hors de la scène par deux gardes du corps

    Capture de télévision

  • Un homme tient l'arme du présumé tireur

  • Le présumé tireur aurait mis le feu à l'arrière du Métropolis

  • Le présumé tireur aurait mis le feu à l'arrière du Métropolis

  • Le présumé tireur immobilisé à terre

  • Le présumé tireur escorté par les policiers

  • Le suspect est Richard Henry Bain, apprendra-t-on plus tard.