TVA diffusera ce dimanche, à 21h30, le documentaire La face cachée de la viande, une émission spéciale qui met en lumière les effets de la surconsommation de la viande, de même que ses impacts sur la société et la planète aux plans de la santé, de l’écologie et de l’éthique.

Produit par Productions J, réalisé et écrit par Érik Cimon et animé par Sophie Durocher, le document donne la parole à plusieurs personnalités qui ont adopté le végétarisme au quotidien, comme Thérèse Tanguay-Dion, Patrick Norman, Anthony Calvillo, Hubert Reeves, Georges Laraque et même Pamela Anderson.

« Le but du documentaire n’est pas de faire la morale aux Québécois en disant qu’ils consomment trop de viande, par exemple, a expliqué Sophie Durocher. L’objectif est de présenter la réalité telle qu’elle est et de montrer comment ça se passe au Québec, comment les animaux sont élevés et abattus, illustrer l’impact sur l’environnement, et donner la parole à des médecins qui ont consulté de nombreuses études et à des gens qui ont fait le choix d’être végétariens et qui s’en portent très bien. »

Se définissant comme étant flexitarienne, elle qui a éliminé la viande de son alimentation alors qu’elle était enceinte de son fils, mais qui en mange néanmoins à l’occasion, Sophie Durocher a été approchée par Julie Snyder au cours de l’année 2008-2009 pour participer à La face cachée de la viande. D’abord intéressée par le sujet avant d’en faire son mode de vie, la journaliste a été interpellée par le projet et s’est chargée de réaliser les entrevues avec les différents intervenants et d’animer les liens entre les segments.

« J’ai commencé à lire sur le sujet et plus je lisais, plus j’en apprenais sur l’alimentation végétarienne, sur la santé et sur la façon dont on traite les animaux. Il y a un lien très clair entre la surconsommation de viande rouge et l’augmentation de certaines maladies, comme le cancer et les maladies cardiovasculaires. Moi, c’est un choix que j’ai fait pour des raisons de goûts personnels et qui, après, est devenu justifié par des raisons de santé et de droits des animaux. »
Pas de jugements

Sophie Durocher insiste : La face cachée de la viande ne se veut pas un pamphlet pour culpabiliser qui que ce soit ou porter des jugements. L’idée est plutôt de jeter un regard lucide sur ces questions importantes, qui touchent tout le monde, et proposer des alternatives concrètes au public.

« On veut apporter un ensemble d’informations pour que les gens, après, puissent prendre leurs décisions en toute connaissance de cause. C’est très humain. Par exemple, on a suivi Georges Laraque, qui est végétalien, avant et après qu’il ne le devienne. Déjà, avant, c’était un athlète extraordinaire, avec une capacité cardiovasculaire exceptionnelle. Puis, on l’a revu quatre mois après qu’il ait commencé à se nourrir d’une alimentation végétalienne. On lui a fait passer une batterie de tests à l’Institut de Cardiologie de Montréal et, non seulement sa performance s’était maintenue, mais elle s’était aussi améliorée. Georges Laraque prouve donc le contraire du mythe qui dit qu’un athlète a absolument besoin de protéines animales. »

L’animatrice a aussi tendu son micro à John Robbins, fils et neveu des fondateurs de Baskin Robbins et auteur de l’ouvrage Se nourrir sans faire souffrir, une « bible » du végétarisme qui s’est vendue à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde. Et c’est lors du passage à Montréal de Pamela Anderson, à l’été 2010, que la vedette internationale a été interrogée pour les besoins du documentaire. Celle-ci croit énormément à la cause et ne rate jamais une occasion d’en parler dans les médias. Si certaines images – comme celles de la castration de petits cochons – pourraient heurter les cœurs sensibles, Sophie Durocher affirme que ces insertions étaient nécessaires pour bien cerner le propos.

« Comme consommateur, on doit se poser la question : sommes-nous prêts à faire souffrir des animaux juste pour qu’en échange, la viande ait meilleur goût ? Et on veut défaire le mythe qui fait des végétariens des personnes un peu granoles ou marginales. Quand on entend Maman Dion, qui est mère de 14 enfants, dire à la caméra que, si c’était à refaire, elle élèverait ses petits sans leur donner de viande à manger, c’est assez percutant! »

La face cachée de la viande, ce dimanche, 9 décembre, à 21h30, à TVA. Pour commenter la diffusion sur Twitter, utilisez le hashtag #fcdlv.