Le gouvernement du Québec a autorisé la société minière canadienne Stornoway à créer une première mine de diamants dans la province en lui accordant un "certificat d'autorisation", a annoncé jeudi cette dernière.

Ce certificat était la principale approbation réglementaire requise pour créer la mine, qui coûtera 802 millions de dollars canadiens (autant de dollars américains) et doit ouvrir en 2015.

En octobre, la province avait déjà transféré son titre minier à Stornoway pour une durée de 20 ans.

Situé à environ 850 km de Montréal à vol d'oiseau, le projet "Renard" pourrait ouvrir la voie à une importante exploitation de diamants bruts de grande valeur.

Selon une étude de faisabilité publiée en 2011, les "réserves minérales probables" s'établissent à 18 millions de carats et celles "présumées" à 17,5 millions de carats. Le site recèle également un "potentiel d'exploration supplémentaire" hors projet, qui pourrait atteindre de 23,5 à 48,5 millions de carats.

Les coûts d'exploitation de la mine, qui aurait une durée de vie initiale de 11 ans, sont estimés à 54,71 dollars la tonne.

Loading Slideshow...
  • 1. LA DETTE DES MÉNAGES

    La dette des ménages canadiens a atteint au nouveau sommet au troisième trimestre, incitant le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, à sonner l'alarme contre le plus grand risque interne à l'économie. Les Canadiens doivent près de 1,51 $ pour chaque dollar qu'ils gagnent, soit davantage que les Américains.

  • 2. LA PIÈGE DE LA CONSOMMATION

    Malgré leur endettement, les Canadiens continuent de consommer... avec de l'argent emprunté. Et ce, notamment parce que les taux d'intérêt sont bas, l'emploi demeure stable et que les Canadiens ne sentent pas la soupe chaude. Une arme à double tranchant, puisque la consommation soutient néanmoins l'économie. (FREDERIC J. BROWN/AFP/Getty Images)

  • 3. LES PROBLÈMES DE LA ZONE EURO

    Quand la Banque TD a revu ses prévisions de croissance à la baisse, elle a mis en cause les difficultés de la zone monétaire européenne comme l'un des principales raisons. Presque toute l'Europe devrait entrer en récession pour le première moitié de l'année. Le Canada devrait subir les contrecoups avec la baisse de la demande pour ses matières premières et ses produits d'exportation. Le marché de l'emploi devrait aussi en souffrir. (ERIC FEFERBERG/AFP/Getty Images)

  • 4. L'ESSOUFFLEMENT DE LA CHINE

    Les signes de ralentissement en Chine se multiplient, en raison des dettes des gouvernements locaux, de l'essoufflement de la production industrielle, de même que le marché immobilier. Ce ne sera pas la catastrophe, mais quand la Chine, devenue deuxième puissance industrielle, a le rhume, c'est tout l'Occident qui éternue. (Aaron tam/AFP/Getty Images)

  • 5. L'ACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS

    Le fossé entre riches et pauvres se creuse au pays, et les analystes préviennent que la stagnation des revenus des ménages fera mal à l'économie. Même si l'écart n'est pas aussi grand qu'aux États-Unis, le pouvoir d'achat des Canadiens s'en trouve diminué. (ADRIAN DENNIS/AFP/Getty Images)