MONTRÉAL - L'auteur-compositeur-interprète Benjamin Biolay ne se souvient plus pourquoi il a baptisé son sixième album «Vengeance», mais il assure qu'il n'en voulait à personne.

Il trouvait simplement l'idée amusante, surtout en la jumelant avec un visuel «pas du tout apocalyptique ou vengeur», comme en témoigne la pochette rose fluorescente de l'album déjà en vente depuis quelques semaines.

Les contrastes s'infiltrent jusque dans la musique de Benjamin Biolay, qui aime jongler avec différents styles et collaborateurs. Les 14 chansons de «Vengeance» vont de la pop acoustique avec cordes («Profite», un duo avec Vanessa Paradis) aux beats hip-hop («Belle époque», un duo avec le rappeur Oxmo Puccino), en passant par le mélodrame orchestral («Venganza») et les guitares d'allégeance new wave («L'Insigne Honneur»).

Mais en fait, le musicien français avait peu de raison de vouloir se venger de quoi que ce soit, précise-t-il, surtout depuis la parution, en 2009, de son précédent opus, «La Superbe», qui a étendu une couche de succès populaire sur le succès critique qu'il connaissait déjà.

«La Superbe» a valu à Benjamin Biolay le prix Victoire de l'album de chanson/variétés en 2010, année où il raflait en plus le Victoire de l'interprète masculin.

Si le chanteur assure que le succès populaire n'a pas influencé le processus de création qu'il a fait sien depuis environ 25 ans, il admet volontiers que cela lui a fait découvrir la joie d'être sur scène devant un public nombreux.

Benjamin Biolay s'apprête a entamer en mars une tournée qui le mènera notamment en France, en Espagne, en Allemagne et au Portugal. Il espère ensuite participer aux Francofolies de Montréal et aimerait bien pouvoir faire une tournée au Québec avant la fin 2013.

Cliquez ici pour écoutez des extraits de l'album de Benjamin Biolay>>