OTTAWA - Radio-Canada a fait ses devoirs et obtient un «A» pour son traitement des demandes d'accès à l'information alors que Postes Canada reçoit le honteux «F» du cancre, selon un rapport dévoilé jeudi par la commissaire fédérale à l'information.

La commissaire Suzanne Legault a rendu ses plus récents bulletins de notes sur le rendement des ministères et institutions fédérales.

Cette fois-ci, elle a décidé de revoir, deux ans plus tard, les deux institutions qui n'avaient alors pas obtenu la note de passage.

En ce qui concerne Radio-Canada, l'amélioration a été «impressionnante»: de «F» lors de la période 2009-2010, le diffuseur a décroché un «A» — ou «remarquable» selon les critères du commissariat» — en 2011-2012.

«En deux ans à peine, les cadres supérieurs de Radio-Canada ont transformé cette organisation de telle sorte qu'elle s'est engagée à remplir ses obligations en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant de Postes Canada qui éprouve toujours des difficultés», est-il écrit dans le rapport de la commissaire.

Car pendant la même période, Postes Canada a vu une très légère augmentation de sa performance: la société est passée d'«alerte rouge» à «F». Une amélioration qualifiée d'insatisfaisante par Mme Legault.

«Je suis très déçue. On se retrouve deux ans plus tard avec une certaine amélioration mais ils ne sont toujours pas là où ils devraient être», a commenté Mme Legault en point de presse. Le nombre de plaintes contre Postes Canada a aussi augmenté.

Après avoir fait l'objet de nombreuses critiques dans le passé, Radio-Canada a immédiatement réagi à sa bonne note.

«Nous avons eu un départ difficile avec la Loi sur l’accès à l’information, mais nous avons travaillé très fort pour renverser la vapeur. Nous sommes heureux de voir que nos efforts sont récompensés», a déclaré Hubert T. Lacroix, président-directeur général de CBC-Radio-Canada.

Le «taux de présomption de refus» — proportion de documents non communiqués dans les délais prévus — est passé de 80 pour cent en 2007-2008 à 4 pour cent en 2010-2011, puis à 2 pour cent en septembre 2012, le meilleur résultat depuis que la Société est assujettie à la Loi, s'est félicité M. Lacroix.

Il faut dire qu'à partir du moment où le diffuseur public est devenu assujetti à la loi, il a été littéralement inondé de demandes d'accès à l'information — une raison souvent invoquée par ses dirigeants pour expliquer les délais.

Mais la majorité, soit 80 pour cent des demandes d'accès, proviennent d'une seule source, a indiqué la commissaire. Elle n'a pas voulu confirmer l'identité de la source des requêtes qui demeure inconnue.

Par contre, l'entreprise Quebecor ne s'est par contre jamais cachée d'avoir formulé un grand nombre de demandes pour obliger Radio-Canada «à rendre des comptes».

Le géant médiatique s'est plaint à de nombreuses reprises du traitement fait par Radio-Canada à ses demandes d'accès, notamment dans ses propres médias, en comité parlementaire à Ottawa et pas plus tard que la semaine dernière lors des audiences du CRTC sur le renouvellement des licences du diffuseur public.

Dans un geste inhabituel, le gouvernement était même intervenu dans ce conflit entre les deux diffuseurs et avait ordonné à Radio-Canada de fournir des documents à Quebecor. Le diffuseur public s'y refusait, prétextant ne pas avoir à dévoiler de l'information qui touche ses activités journalistiques et créatives, ainsi que sa programmation.

Jeudi, Quebecor s'est dit stupéfait de la bonne note accordée à son compétiteur.

L’entreprise a tenu à dénoncer la décision de la commissaire de «récompenser l’amélioration relative de la performance» de la société par rapport aux critères vagues et subjectifs dont elle s’est doté.

«C’est un peu comme si un professeur décidait d’accorder un «A» à un cancre simplement parce qu’il accepte de se présenter plus souvent en classe, même s’il continue à échouer ses examens», a déclaré par communiqué Serge Sasseville, vice-président principal, Affaires corporatives et institutionnelles de l'entreprise.

En rendant son rapport, Mme Legault a par ailleurs souligné la nécessité que les ministres et les hauts fonctionnaires des institutions fédérales assument un rôle de leadership afin que les Canadiens reçoivent des réponses rapides à leurs demandes d'accès à l'information. Elle signale que ce fut le cas pour Radio-Canada.

Elle a toutefois des craintes. Durant son point de presse jeudi, elle a signalé que le système d'accès à l'information est vulnérable, surtout que le plein effet des compressions budgétaires fédérales ne s'est pas encore fait sentir. Elle s'inquiète que les agences fédérales ne coupent les postes et les ressources dédiées au traitement de ces demandes.

La Loi sur l'accès à l'information permet à tous les citoyens — et aux journalistes — de demander une foule de renseignements et de documents sur la façon dont le pays est géré. Il peut s'agir de courriels, de comptes de dépenses et de décisions du gouvernement.

Le commissariat vérifie si les demandes sont traitées adéquatement, sans refus excessifs, et si les délais sont respectés.

Loading Slideshow...
  • Les 7 géants des médias au Canada

  • Postmedia - 1,1 milliard $

    Postmedia a été créée en 2010, après le démantèlement de Canwest. Un consortium mené l'ancien PDG de Canwest Paul Godfrey a acheté actifs des journaux de Canwest, dont le National Post, le Ottawa Citizen et le Calgary Herald, de même que deux quotidiens de Vancouver. En photo: le PDG de Postmedia, Paul Godfrey <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Torstar - 1,48 milliard $

    Torstar détient le Toronto Star, plus important quotidien au pays. L'entreprise détient aussi la chaîne de magazine Metroland et l'éditeur Harlequin, qui publie des romans à l'eau-de-rose. En photo: l'édifice de Torstar à Toronto <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Shaw - 4,74 milliards $

    Le géant du câble dans l'ouest canadien est entré dans les ligues majeures en 2009 avec l'achat de plusieurs affiliés de CTV. L'entreprise fondée par Jim Shaw est toujours contrôlée par sa famille. En photo: le PDG Brad Shaw <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Quebecor - 9,8 milliards $

    Fondée par Pierre Péladeau, l'entreprise détient Sun Media et la chaîne de quotidiens Osprey, de même que Vidéotron, TVA et nombre de publications et de sites web. Le fils de Pierre Péladeau, Pierre-Karl, a occupé le poste de PDG de 1999 à 2013. Depuis mars 2013, Robert Dépatie occupe ce poste. Photo: Pierre-Karl Peladeau <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Rogers - 12,1 milliards $

    Fondée par Ted Rogers, Rogers Communications est un acteur de premier plan dans le secteur du câble et des services sans-fil. L'entreprise contrôle Rogers Media, qui détient 70 publications, 54 stations de radio et plusieurs chaînes de télé, dont CityTV et The Shopping Channel. En photo: Le PDG de Rogers, Nadir Mohamed <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Woodbridge (Thomson Reuters) - 13,8 milliards $

    Woodbridge est le holding de la milliardaire famille Thomson. L'entreprise contrôle 55 % de Thomson Reuters, l'une des plus grandes organisations médias. En photo: le fondateur Kenneth Thomson photographié en 2003. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Bell Canada (BCE) - 18,1 milliards $

    BCE est l'une des plus importantes entreprises canadiennes, avec ses services de téléphonie, de web et de télévision. Sa filiale Bell Média a acheté les stations de radio du groupe CHUM en 2006, et celles d'Astral Media en 2012. Bell détient également le réseau CTV. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>