La nouvelle motion liée à l'avortement n'est qu'un premier pas, dit Warawa

Publication: Mis à jour:

OTTAWA - Les Canadiens peuvent s'attendre à entendre encore parler d'avortement aux Communes, en dépit de la promesse de Stephen Harper de ne pas rouvrir le débat.

Un autre député conservateur pro-vie propose une motion touchant ce sujet sensible, cette fois en s'attaquant à l'avortement sélectif. Et il prévient que ce n'est qu'un premier pas.

Avec le projet de loi d'initiative parlementaire M-408, Mark Warawa demande aux députés de «condamner la discrimination contre les femmes qui survient lors d’interruption de grossesse liée à la sélection du sexe» de l’enfant.

Sa motion avait été déposée en septembre, quelques minutes seulement après que celle de son collègue, Stephen Woodworth, eut été défaite aux Communes. M. Woodworth voulait mettre sur pied un comité chargé d'étudier le moment auquel un foetus devient un être humain.

En point de presse mercredi, le député de Langley, en Colombie-Britannique, a signalé que sa motion n'était qu'un «premier pas», sans toutefois préciser quelle serait la deuxième étape envisagée. Flanqué d'une dizaine d'autres députés conservateurs, il a insisté sur le fait qu'il souhaitait simplement attirer l'attention des Canadiens sur cette forme de discrimination.

«Cette motion est le premier pas de géant dans la bonne direction. Cela ne demande pas de changement législatif, cela ne demande pas d'étude», a-t-il tranché.

L'avortement sélectif est pratiqué dans certains pays, notamment en Asie du Sud-Est, où des parents décident de mettre fin à la grossesse après avoir constaté par échographie que l'enfant qu'ils attendent est une fille.

Mark Warawa ignore combien d'avortements de ce genre sont pratiqués au Canada, mais il soutient que s'il permettait d'en éviter qu'un seul, il en serait satisfait.

Les partis d'opposition affirment ne pas être dupes et croient que l'initiative de M. Warawa s'inscrit dans une démarche plus large destinée à plaire à la base électorale du Parti conservateur.

«À chaque fois que les conservateurs se font battre sur une tentative de rouvrir le débat sur l'avortement, ils sont très créatifs, ils en inventent une autre», a lancé le chef néo-démocrate Thomas Mulcair. Il a fait savoir que ses troupes voteront contre la motion.

«C'est pas parce que c'est plus rusé que ce n'est pas plus clair. C'est évident que c'est une tentative de M. Harper de rouvrir le débat et nous on est contre», a-t-il noté.

Bob Rae, le leader intérimaire libéral, a indiqué qu'il n'imposerait pas à ses députés une ligne de parti, même s'il désapprouve la motion. Aux yeux de M. Rae, l'avortement n'est plus du ressort du fédéral depuis qu'il a été décriminalisé, et c'est donc aux provinces de se pencher sur le dossier si elles en ressentent le besoin.

Au début de l'automne, la motion de M. Woodworth avait été défaite par 203 voix contre 91, mais plusieurs ministres — dont celle de la Condition féminine, Rona Ambrose — avaient voté en faveur.

Le résultat du vote sur M-408 pourrait s'avérer plus serré, compte tenu de sa dimension prônant l'égalité des sexes. Le vote devrait avoir lieu en avril ou en mai.

Au bureau du premier ministre, on a répété que le gouvernement n'entendait pas rouvrir le débat sur l'avortement.