La croûte lunaire a été presque entièrement pulvérisée par des bombardements d'astéroïdes et de comètes dans son passé, ont révélé les mesures des sondes américaines de la mission GRAIL, ce qui a surpris les scientifiques dont les travaux ont été publiés mercredi.

"On savait que les planètes rocheuses du système solaire avaient subi de nombreux impacts il y a plusieurs milliards d'années mais personne ne pensait que la surface de la Lune avait été autant bombardée", relève Maria Zuber, professeur de géophysique au Massachusetts Institute of Technonoly (MIT), responsable scientifique de la mission GRAIL (Gravity Recovery And Interior Laboratory).

Au total 98% de la croûte lunaire est fragmentée, précise-t-elle: "C'est vraiment une grande surprise et cela va conduire nombre de planétologues à repenser l'histoire de l'évolution des planètes".

Les deux sondes jumelles en orbite polaire de la lune depuis janvier ont effectué des mesures très précises du champ gravitationnel lunaire, révélant la répartition des masses ainsi que l'épaisseur et la composition des différentes strates de la Lune jusqu'à son noyau.

Elles ont ainsi montré que la croûte lunaire est bien plus mince que ne le pensaient les scientifiques avec une épaisseur de 34 à 43 kilomètres, soit 6 à 12 kilomètres de moins que ce qui était jusqu'alors estimé.

"Avec une telle épaisseur de sa croûte, la composition de la Lune est similaire à celle de la Terre, ce qui conforte la théorie selon laquelle la Lune est formée de matériaux terrestres éjectés lors d'un énorme impact au début de l'histoire du système solaire", explique Mark Wieczorek, de l'Institut de Physique du Globe à Paris, auteur de l'une des trois études sur les résultats de la mission GRAIL.

Ces recherches ont été présentées à la conférence annuelle de l'American Geophysical Union à San Francisco et publiées dans la version en ligne de la revue américaine Science.

Par rapport à sa surface, l'intérieur de la Lune paraît remarquablement régulier. En fait, ces chercheurs ont découvert que la plupart des variations dans le champ gravitationnel lunaire résultaient de formations géologiques à la surface, comme des montagnes ou des cratères.

A l'exception des vastes bassins d'impact, la croûte extérieure de la Lune est dépourvue de structures rocheuses denses. Elle est probablement formée de matériaux poreux ou pulvérisés.

La carte de l'intérieur de la Lune révèle des masses plus denses formées de magma volcanique qui s'est écoulé dans de larges fractures de la croûte dans le passé avant de se solidifier et former des parois rocheuses denses.