NOUVELLES

Plus faible croissance en 3 ans des ventes de téléphones portables (étude)

04/12/2012 01:41 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Le marché mondial des téléphones portables devrait afficher cette année sa plus faible croissance en trois ans, le boom des smartphones ne suffisant pas à compenser l'impact d'une économie morose, a estimé mardi le cabinet de recherche américain IDC.

IDC s'attend à ce que 1,7 milliard de téléphones portables soient vendus cette année, soit seulement 1,4% de plus qu'en 2011. La croissance atteignait encore 11% l'an passé, selon des données publiées par le cabinet en février.

"Les conditions économiques atones dans le monde ont jeté une ombre sur le marché de la téléphonie mobile", a commenté Kevin Restivo, un analyste d'IDC.

Cela a en partie annulé les effets du boom des téléphones multimédias (smartphones), dont les ventes devraient bondir de 45,1% cette année à 717,5 millions d'unités.

IDC y voit en partie l'effet des "fortes subventions sur les appareils offertes par les opérateurs télécoms, surtout dans les marchés matures où ils revendent la majorité des smartphones", et d'un nombre croissant de modèles à moins de 250 dollars plus adaptés aux marchés émergents.

Android, le système d'exploitation de Google utilisé par plusieurs fabricants, est et devrait rester clairement dominant sur le marché des smartphones. IDC estime que sa part de marché, évaluée pour cette année à 68,3%, devrait être de 63,8% en 2016.

Loin derrière, le système iOS, qui fait fonctionner l'iPhone d'Apple, devrait passer de 18,8% cette année à 19,1% en 2016.

La popularité de l'iPhone et des partenariats avec des opérateurs supplémentaires aideront Apple à augmenter ses volumes de ventes, mais son prix est prohibitif sur beaucoup de marchés émergents et "pour maintenir ses taux de croissance actuels, Apple devra envisager la possibilité de proposer des modèles moins chers", estime IDC.

Windows Phone, le système d'exploitation de Microsoft, devrait afficher la plus forte progression d'ici 2016, passant de 2,6% à 11,4% du marché, tandis que le Blackberry du canadien RIM devrait stagner (de 4,7% à 4,1%).

IDC estime qu'au total 2,2 milliards de téléphones mobiles seront vendus en 2016, sans préciser quelle part représenteront les smartphones à cet horizon.

soe/sl/lor

PLUS:afp