Huffpost Canada Quebec qc

Pauline Marois nomme Blanchet à l'Environnement et ramène Hivon au cabinet

Publication: Mis à jour:
YVES FRANCOIS BLANCHET
PC

QUÉBEC - Après moins de trois mois au pouvoir, la première ministre Pauline Marois a déjà remanié légèrement son conseil des ministres en nommant le député de Johnson, Yves-François Blanchet, ministre du Développement durable et de l'Environnement, pour succéder à Daniel Breton.

Elle a aussi ramené au cabinet, mardi, la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui occupera ses anciennes fonctions de ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, auxquelles elle avait dû renoncer temporairement pour des raisons de santé.

Auparavant, M. Blanchet était whip du gouvernement et sera remplacé dans ce rôle par le député de René-Lévesque, Marjolain Dufour. Le député de Labelle, Sylvain Pagé, devient quant à lui président du caucus péquiste.

En point de presse, la première ministre Marois a noté le «caractère bouillant» de son nouveau ministre de l'Environnement, qui prend la relève de M. Breton, lui aussi reconnu pour son tempérament fort. En raison de diverses fautes commises dans le passé, dont des contraventions et des loyers impayés, de même que des allégations d'ingérence politique au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), M. Breton avait dû démissionner la semaine dernière.

Quant à elle, Mme Hivon avait quitté volontairement ses fonctions il y a quelques semaines, sur le conseil de son médecin, pour mener à bien une grossesse à risque, qui n'a finalement pas eu de suites. Revenue au parlement la semaine dernière, elle aura aussi à faire adopter les recommandations contenues dans le rapport sur l'euthanasie et le droit de mourir dans la dignité.

La nomination de M. Blanchet à l'Environnement a été accueillie froidement par le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui s'interroge à savoir si le nouveau ministre a «le doigté» nécessaire pour exercer ses nouvelles fonctions en toute impartialité.

«Il faut un équilibre entre le développement économique et la protection de l'environnement», a-t-il fait valoir.

Or, «M. Blanchet nous a habitués à une partisanerie excessive», a-t-il dit, en point de presse. Il laisse entendre que son accession au conseil des ministres serait due au fait qu'il se portait à la défense de Pauline Marois chaque fois qu'elle se faisait attaquer sur la place publique, lors de la crise qui a ébranlé son leadership l'an dernier. «C'est quelqu'un qui a des gros bras», a-t-il illustré.

Ce comportement lui avait valu l'étiquette de «goon» dans les médias.

Le chef de l'opposition officielle, Jean-Marc Fournier, estime de son côté que si Mme Marois a dû procéder à un remaniement si rapidement c'est en raison des «mauvais choix» qu'elle a faits au départ, en formant son cabinet.

«C'est un aveu de son erreur de jugement», a-t-il dit, en point de presse.

Il demande au nouveau ministre «de ne pas mettre les pieds au BAPE». Son prédécesseur, Daniel Breton, a été plongé dans la controverse quand le Journal de Québec a révélé, en s'appuyant sur des sources anonymes, qu'il s'était rendu rencontrer le personnel et les commissaires du BAPE, un organisme indépendant, le 24 octobre, et qu'il aurait dit qu'il n'hésiterait pas au besoin à contester leurs décisions. En principe, une commission parlementaire doit faire la lumière sur ces événements.

Avant de se lancer en politique, Yves-François Blanchet, qui a une formation d'anthropologue, avait davantage fait sa marque dans le secteur culturel, ayant été l'agent du chanteur Éric Lapointe, avant de devenir président de l'ADISQ entre 2003 et 2006.

En matière environnementale, il a présidé le Jour de la Terre de 2006 à 2008.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Le conseil des ministres de Pauline Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Remaniement ministériel à Québec