La ministre du Travail du Québec, Agnès Maltais, exhorte les partis d'opposition à collaborer avec le gouvernement péquiste minoritaire pour régler le vide dans lequel se trouve le système de placement de la main-d'oeuvre sur les grands chantiers de construction.

Dans un point de presse donné lundi après-midi, la ministre a plaidé pour que le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) appuient le projet de loi 6, qui reporterait au 9 septembre 2013 la date d'entrée en vigueur du Service de référence de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction.

Ce service, administré par la Commission de la construction du Québec (CCQ), doit permettre à des entrepreneurs d'obtenir des noms de travailleurs susceptibles de travailler sur des chantiers de construction qu'ils dirigent.

Ce mécanisme, qui vise à mettre un terme au placement syndical sur les chantiers, devait à l'origine être opérationnel le 2 décembre 2012, en vertu de l'article 88 de la Loi éliminant le placement syndical, mais il ne l'est pas, d'où le vide juridique actuel.

Jusqu'à nouvel ordre, les partis d'opposition refusent d'adopter le projet de loi 6 parce qu'ils sont en désaccord avec la proposition de règlement que le Parti québécois a préparé pour établir les règles qui encadreront le fonctionnement de ce système informatique.

« Ce n'est pas moi qui demande de reporter cette date, c'est la Commission de la construction du Québec », a fait valoir la ministre Maltais, en s'appuyant sur les propos tenus par la PDG de la CCQ, Diane Lemieux, la semaine dernière, en commission parlementaire.

« Je suis prête à les rencontrer [les partis d'opposition] sur le règlement. Mais quelle que soit leur opinion sur le règlement, quel est le problème avec la date? Il faut qu'on règle la date. Quand on aura réglé la date, on réglera le règlement », affirme la ministre Maltais.

« Je propose l'étude du règlement que j'ai déposé, mais je propose aussi qu'on étudie en même temps, de la même façon, les modifications déposées par l'opposition, en disant : "il y a de bonnes propositions" », a poursuivi la ministre Maltais.

« On fera un départage, on les regardera tous les deux parallèlement et on arrivera à une proposition intéressante. Comme gouvernement, à la fin, on jugera », a-t-elle encore dit.

« Si on on n'a pas de date, on laisse l'industrie de la construction dans le vide jusqu'en février, [à la] rentrée parlementaire. Ça veut dire que les grands chantiers qui vont ouvrir au mois de février, ils sont hors la loi. Ça n'a pas de sens! », a tonné la ministre Maltais.

Un retour en arrière, disent les partis d'opposition

Les partis d'opposition s'opposent à la proposition de règlement présentée par la ministre Maltais en novembre parce qu'il offre la possibilité aux entrepreneurs intéressés d'être contactés par des syndicats cherchant à placer leurs membres sur les chantiers, ce qui est contraire à l'esprit de la loi.

Ils soutiennent qu'il ouvre la porte au retour de l'intimidation sur les chantiers de construction.

La ministre Maltais a expliqué en conférence de presse que ce sont des entrepreneurs qui lui ont demandé que le formulaire qu'ils devront remplir pour obtenir de la main-d'oeuvre comprenne une case à cocher s'ils désirent que les syndicats les contactent.

« C'est à la demande des patrons que j'ai introduit cette case. Deuxièmement, je n'avais introduit que la case "J'accepte d'être contacté par un syndicat", et c'est l'opposition officielle, soit Guy Ouellette, qui m'a demandé d'ajouter la case "Je refuse" », a indiqué Agnès Maltais.

« Si [les partis d'opposition] veulent me prouver que les patrons ne sont pas contents des deux cases, et que je reçois des demandes de patron, on va les enlever, les deux cases », a ajouté la ministre du Travail.

Comme la Loi éliminant le placement syndical a été adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale, les partis d'opposition souhaitent que le règlement fasse l'objet d'un consensus en commission parlementaire. Cette façon de faire n'est cependant pas obligatoire.

Selon le PLQ et la CAQ, le gouvernement péquiste minoritaire a l'obligation de présenter son projet de règlement en commission parlementaire, mais rien ne l'oblige à accepter les propositions des partis d'opposition.

Le porte-parole libéral en matière de travail, Guy Ouellette, a d'ailleurs confirmé lundi avant-midi que son parti continue de s'opposer au projet de règlement déposé par la ministre Maltais dans sa forme actuelle.

M. Ouellette a ajouté que le Parti libéral souhaite plutôt que le projet de loi 6 préconise une entrée en vigueur du nouveau système de référence le 1er mai 2013.

Mme Maltais a dit ne pas comprendre d'où vient cette date, puisque Diane Lemieux elle-même a soutenu la semaine dernière que le Service de référence de la main d'oeuvre ne pourrait être implanté avant le 3 juin, dans le meilleur des scénarios.

Le porte-parole de la CAQ en matière de travail, Christian Dubé, soutient de son côté que la date de l'entrée en vigueur demeure arbitraire. Il insiste cependant pour que le règlement fasse l'objet d'un consensus en commission parlementaire.

Le placement de la main-d'oeuvre ne s'appliquait qu'à environ 15 % des chantiers du Québec.

L'International presse le PLQ et la CAQ de revoir leur position

Dans un communiqué publié mardi avant-midi, le Conseil provincial (International) demande aux députés libéraux et caquistes de faire l'étude du projet de loi 6 et du règlement de référence de main d'oeuvre « d'ici la fin de la session parlementaire », et ce, pour le bien des citoyens qui travaillent dans la construction.

« Depuis hier, les travailleurs et les entrepreneurs de la construction sont laissés à eux-mêmes », déplore le président du syndicat, Donald Fortin.

« Les syndicats n'ont plus le droit de référer de la main-d'oeuvre et les employeurs n'ont plus le droit d'en embaucher par leur entremise, et la Commission de la Construction du Québec n'a pas de système pour les aider non plus », poursuit-il.

« Cette situation nuit à l'économie québécoise, mais surtout à celle de milliers de travailleurs et travailleuses qui dépendent de la référence de main-d'oeuvre pour se trouver du travail et nourrir leurs familles. »

Le Conseil provincial estime que ce sont les partis d'opposition qui prennent les entrepreneurs et travailleurs de la construction en otage depuis trois semaines, en obstruant l'étude du règlement et en retardant l'adoption du projet de loi 6.

« À 3 semaines de Noël et dans une période où les chantiers doivent être fermés de façon sécuritaire pour la période des fêtes, le blocage auquel s'adonnent les députés d'opposition est indigne de leur fonction et nuit aux citoyens qu'ils ont l'obligation de représenter », indique Donald Fortin.

En attendant que le dossier débloque, le syndicat a recommandé à ses 28 sections locales affiliées de cesser toute référence de main-d'oeuvre. « Nous ne prendrons aucun risque et ne porterons pas le chapeau de l'illégalité », affirme Donald Fortin.

Le vide actuel inquiète également la FTQ-Construction, le plus important syndicat dans ce domaine, qui soutient que cela pourrait nuire aux grands chantiers.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, le syndicat a demandé à l'Assemblée nationale de reporter l'élimination du placement syndical, une mesure à laquelle il s'est toujours opposé.

Loading Slideshow...
  • Avril 2009

    Les premiers appels en faveur d'une commission d'enquête publique sur la construction sont lancés à l'Assemblée nationale.

  • Septembre 2009

    L'hôtel de ville de Montréal annule le plus gros contrat de son histoire, une entente de 355 millions $ pour l'acquisition de compteurs d'eau, après la découverte d'irrégularités. Des rumeurs circulent selon lesquelles d'influents politiciens auraient séjourné sur le yacht de l'un des entrepreneurs ayant remporté une partie du contrat.

  • Octobre 2009

    La controverse prend du poids après que l'émission <em>Enquête</em> révèle l'ampleur de la corruption dans l'industrie de la construction, notamment dans les processus d'appel d'offres. Un groupe d'entrepreneurs de la région de Montréal, surnommé le «Fabulous Fourteen», agirait comme un cartel en se divisant les contrats, bloquant ainsi la voie aux compétiteurs, selon les journalistes de Radio-Canada. Un ancien sous-ministre des Transports soutient pour sa part que la mafia contrôle 80 pour cent des contrats de construction accordés dans la région et entretient des liens avec les entreprises du secteur. Les montants versés pour les projets de construction au Québec sont plus élevés qu'ailleurs au Canada, conclut <em>Enquête</em>.

  • Octobre 2009

    Quelques jours avant les élections municipales à Montréal, le magazine Maclean's publie son édition de novembre avec le titre «Corrompue, en ruine et criminalisée, Montréal est une honte» sur sa couverture.

  • Octobre 2009

    Québec annonce le déclenchement de l'Opération Marteau, une unité policière provinciale établie pour faire la lumière sur la corruption et la collusion dans le domaine de la construction.

  • Mars 2010

    L'ancien ministre de la Justice Marc Bellemare accuse le gouvernement libéral d'avoir accepté de généreuses contributions politiques visant à influencer les nominations de juges. Jean Charest déclenche la commission Bastarache pour faire la lumière sur ces allégations.

  • Mai 2010

    Le député libéral et ministre de la Famille Tony Tomassi est forcé de démissionner après la diffusion d'informations selon lesquelles il utilisait une carte de crédit fournie par la firme de sécurité BCIA, firme qui a conclu des contrats avec le gouvernement. M. Tomassi fait maintenant face à trois accusations au criminel.

  • Août 2010

    La firme d'ingénierie Axor se voit imposer des amendes pour avoir illégalement donné 150 000 $ aux trois plus importantes formations politiques du Québec, dont 113 000 $ aux libéraux.

  • Octobre 2010

    «Mafia Inc.», un livre des journalistes d'enquête André Noël et André Cédilot, révèle que jusqu'à 600 entreprises versent un montant d'argent à la mafia sur une base régulière pour être «protégées».

  • Octobre 2010

    Le Maclean's fait encore des vagues, cette fois en qualifiant le Québec de «province la plus corrompue au Canada». La couverture du magazine montre l'emblématique Bonhomme Carnaval tenant un porte-document débordant d'argent.

  • Novembre 2010

    La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) s'affiche en faveur d'une commission d'enquête publique sur la construction, laissant les libéraux de Jean Charest virtuellement seuls à s'y opposer.

  • Novembre 2010

    Les libéraux survivent à une motion de non-confiance à l'Assemblée nationale grâce à leur majorité. Le premier ministre reporte un voyage en France avec deux ministres pour s'assurer que son gouvernement ne tombe pas.

  • Janvier 2011

    La commission Bastarache conclut à l'absence de népotisme dans la nomination des juges au Québec.

  • Février 2011

    Sept personnes, dont une ex-mairesse de Boisbriand, des cadres d'entreprises de construction, un ingénieur et deux consultants, sont arrêtées dans le cadre de l'Opération Marteau. Ils sont accusés de fraude, d'extorsion, d'avoir proféré des menaces et d'abus de confiance.

  • Février 2011

    Québec annonce la création de l'Unité permanente anti-corruption, bâtie sur le modèle des services d'enquête de la ville de New York.

  • Septembre 2011

    La fuite du rapport explosif de Jacques Duchesneau, patron de l'Unité anticollusion, met le feu aux poudres. L'ancien chef de police conclut que le ministère des Transports est impuissant face à la collusion et que le crime organisé et les entreprises de construction sont responsables des coûts très élevés payés par l'État pour ses projets de construction. Une partie du magot serait ensuite transférée vers les caisses électorales des partis politiques, affirme le rapport Duchesneau.

  • Septembre 2011

    Après la comparution de Jacques Duchesneau devant une commission parlementaire, le gouvernement montre des signes d'ouverture à l'idée de déclencher une commission d'enquête en partie publique, en partie à huis clos.

  • Octobre 2011

    Jean Charest annonce la création d'une commission d'enquête sur l'industrie de la construction présidée par la juge France Charbonneau. Mais le fait que la commission ne relève pas de la loi sur les commission d'enquête et n'accorde pas l'immunité aux témoins suscite un tollé.

  • Octobre 2011

    Le gouvernement Charest complète son recul en annonçant que la commission Charbonneau aura tous les pouvoirs requis et relèvera de la loi sur les commissions d'enquête.

  • Février 2012

    Dans un message vidéo pré-enregistré, la juge France Charbonneau lance un appel aux Québécois afin qu'ils fournissent de l'information à sa commission.

  • 1er octobre 2012

    L'entrepreneur Lino Zambito affirme qu'une cote de 2,5% des contrats publics devait être remise à la mafia, et une autre de 3% au parti Union Montréal, de Gérald Tremblay.