NOUVELLES
03/12/2012 04:54 EST | Actualisé 01/02/2013 05:12 EST

Bahreïn: décision de la cour de cassation le 7 janvier concernant 13 opposants

La Cour de cassation de Bahreïn doit se prononcer le 7 janvier sur le sort de 13 dirigeants de l'opposition qui purgent de lourdes peines de prison pour leur rôle dans la contestation de 2011, ont indiqué lundi des avocats de la défense.

La Cour a refusé de remettre en liberté les 13 opposants au terme d'une audience qui s'est tenue lundi matin en l'absence des prévenus mais en présence de diplomates étrangers et d'un délégué du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, en visite depuis dimanche à Bahreïn, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Vendredi, Amnesty International avait appelé à la libération de ces opposants estimant que la décision de la cour de cassation serait "un véritable test pour les autorités (...) si elles veulent prouver qu'elles sont engagées à respecter et à protéger les droits de l'Homme".

Le 4 septembre, une Cour d'appel de Bahreïn avait confirmé la prison à perpétuité pour sept opposants, tous chiites, dont le militant des droits de l'Homme Abdel Hadi al-Khawaja, et des peines de prison de 5 à 15 ans pour les six autres militants.

Un premier procès des 13 opposants, détenus depuis plus d'un an et demi, s'était déroulé en avril 2011 un mois après des manifestations de chiites, majoritaires à Bahreïn, qui réclament une monarchie constitutionnelle dans ce petit royaume du Golfe dirigé par une dynastie sunnite.

Les treize militants, ainsi que huit autres opposants dont sept jugés par contumace, avaient été condamnés en juin 2011 à des peines allant de deux ans de prison à la réclusion à perpétuité par un tribunal d'exception pour complot contre le régime.

Le 30 avril 2012, la Cour de cassation a ordonné un nouveau procès en appel.

Les sept personnes jugées par contumace n'avaient pas le droit de faire appel alors qu'un opposant condamné à deux ans de prison avait été libéré après avoir vu sa peine réduite à six mois.

bur/tm/sw

PLUS:afp