NOUVELLES
02/12/2012 06:52 EST | Actualisé 01/02/2013 05:12 EST

Tunisie: le syndicat annonce la "suspension" de la contestation à Siliana

La branche de Siliana de l'UGTT, principal syndicat tunisien, a annoncé dimanche la suspension de la grève générale dans cette ville qui a dégénéré en cinq jours de violences nourries par les espoirs déçus près de deux après la révolution.

"Nous avons décidé de suspendre la grève générale", a annoncé devant une foule d'une centaine de personnes, Ahmed Chefaï, du bureau exécutif du syndicat à Siliana (120 km au sud-ouest de Tunis)

Il n'a pas précisé le durée de cette suspension, en attendant la mise en oeuvre d'un accord négocié la veille avec le gouvernement, dominé par les islamistes du parti Ennahda.

Le compromis prévoit la mise à l'écart du gouverneur, un examen accéléré par la justice du dossier de personnes emprisonnées en avril 2011, des aides pour soigner les blessés et un programme de développement dont le contenu n'a pas encore été précisé.

"Le gouverneur est parti définitivement, il appartient au passé, jamais il ne remettra un pied à Siliana", a clamé le syndicaliste sous les applaudissements de la foule.

Il a ajouté qu'une délégation de l'UGTT était partie demander aux renforts des forces de l'ordre déployées à Siliana depuis mardi de quitter la ville, autre revendication clé des manifestants alors que cinq jours d'affrontements ont fait quelque 300 blessés.

"On rejettera les excuses et on portera plainte contre ceux qui ont blessé les habitants", a encore déclaré M. Chefaï, en référence aux policiers.

Les mouvements sociaux dégénérant en heurts se sont multipliés ces derniers mois en Tunisie, le gouvernement peinant à répondre, dans une conjoncture économique difficile, aux revendications des Tunisiens qui étaient à l'origine de la première des révolutions du Printemps arabe.

kl-alf/feb

PLUS:afp