MONTRÉAL - Les résidants les mieux nantis de l'Ontario et du Québec devraient profiter du dernier mois avant la fin de l'année pour réduire l'impact de l'augmentation fiscale qui doit être appliquée en 2013. Mais il n'y a pas que les plus riches qui peuvent bénéficier d'une telle stratégie.

Le taux d'imposition marginal sur les intérêts et les dividendes augmentera en moyenne de 2 pour cent pour les citoyens de l'Ontario qui gagnent plus de 500 000 $ et ceux du Québec touchant 100 000 $. L'augmentation sur le gain de capital pour ces contribuables augmentera de 0,8 pour cent en Ontario et de 0,9 pour cent au Québec.

Les épargnants les plus avisés économiseront des milliers de dollars en agissant avant le 31 décembre en exerçant des options d'achat d'actions ou en profitant de toutes les opportunités pour toucher des dividendes avant que le taux d'imposition ne fasse un bond, soutiennent les experts.

Les propriétaires d'entreprises pourraient, pour leur part, vouloir éviter de verser des dividendes cette année, alors que ceux recevant des paiements devraient tenter de les repousser jusqu'en 2013.

Pour ces gens à haut revenu, jusqu'à 240 $ d'impôts peuvent être épargnés par tranche de 10 000 $ en revenus dont le versement est accéléré ou en déductions qui sont repoussées, affirme Jamie Golombek, responsable de la planification fiscale et des successions pour Gestion des capitaux privés CIBC.

La hausse des impôts pour les mieux nantis ne touche que moins de 5 pour cent des Canadiens, mais tous devraient revoir leurs options pour réduire leurs impôts alors qu'il ne reste que quelques semaines à l'année, dit-il.

«Toutes ces règles s'appliquent en général, si vous croyez que votre revenu sera plus élevé l'an prochain, et si vous vous retrouverez dans un palier d'imposition supérieur», a-t-il déclaré lors d'une entrevue.

Parmi les options disponibles, il est possible de reporter des dépenses pour réduire les revenus plus importants qui seront gagnés l'an prochain.

Selon M. Golombek, plusieurs Canadiens répugnent à s'engager à effectuer de la planification fiscale, d'autant plus que le temps des Fêtes bat son plein. Mais ne pas saisir l'occasion avant la fin de l'année pourrait faire en sorte que certaines personnes ne pourront profiter de diverses possibilités d'obtenir des réductions d'impôts.

«Plusieurs gestes doivent être posés pour être en mesure de profiter des réductions fiscales au printemps prochain, lorsque vous remplirez votre déclaration, et la plus grande erreur est de ne rien faire.»

Pour le contribuable moyen, la meilleure occasion d'épargne fiscale est probablement de vendre des actions n'offrant pas un rendement satisfaisant détenues à l'extérieur des Régimes enregistrés d'épargne-retraite (REER), et d'utiliser les pertes pour contrer les gains des titres ayant obtenus de bons rendements sur les marchés.

Toutes les transactions de vente doivent cependant avoir lieu avant le 24 décembre pour être complétées d'ici la fin de l'année. Les pertes peuvent être utilisées pour contrer des gains des années précédentes, ou conservées indéfiniment pour les années suivantes.