NOUVELLES
02/12/2012 02:57 EST | Actualisé 31/01/2013 05:12 EST

Des partisans de Morsi rassemblés devant la Haute cour constitutionnelle

Des centaines de partisans du président égyptien Mohamed Morsi se sont rassemblés devant la Haute cour constitutionnelle au Caire dimanche, dans l'attente d'un jugement sur la légalité de la commission qui a rédigé un projet de Constitution controversé.

Les manifestants islamistes, dont beaucoup enveloppés dans des couvertures et portaient des portraits de M. Morsi, ont passé la nuit devant la cour pour tenter d'empêcher les juges de pénétrer dans le bâtiment, a dit l'un d'eux à l'AFP.

La cour doit statuer sur la légalité de la commission constituante dominée par les islamistes qui a rédigé le projet de Constitution remis samedi soir au président, défiant ainsi un décret présidentiel interdisant la dissolution de l'instance par la justice.

La décision des juges de maintenir l'audience met encore plus de pression sur M. Morsi, accusé par l'opposition de s'être attribué des pouvoirs dictatoriaux par son décret qui place ses décisions hors d'atteinte de toute supervision judiciaire.

Le décret du 22 novembre a provoqué de violentes manifestations, des appels à la grève et un affrontement entre le président et le pouvoir judiciaire.

Le projet de Constitution, qui doit être soumis à référendum le 15 décembre, a été adopté en quelques heures entre jeudi et vendredi par la commission, boycottée par l'opposition de gauche et laïque ainsi que par les Eglises chrétiennes, qui dénoncent la mainmise des islamistes.

Il s'agit de la crise politique la plus grave en Egypte depuis l'élection en juin de M. Morsi, issu des Frères musulmans. Les divisions sont de plus en plus profondes entre la mouvance islamiste et les groupes laïques, de gauche et chrétiens.

Samedi, des centaines de milliers d'islamistes ont manifesté en soutien à M. Morsi, au lendemain d'un rassemblement massif de l'opposition contre le renforcement des pouvoirs du président et le projet de Constitution, accusé de porter atteinte à la liberté de religion et d'expression.

bur-jaz/iba/hj

PLUS:afp