2012 revue et corrigée : survol comique d'une année faste

Publication: Mis à jour:
2012 REVUE ET CORRIGEE
Courtoisie Théâtre du Rideau Vert

Pour sa première expérience à titre de metteur en scène de la traditionnelle revue de l'année du Théâtre du Rideau Vert, Revue et corrigée, Serge Postigo ne manquait pas de matière à se mettre sous la dent, avec le printemps érable, les scandales de corruption, les élections provinciales et autres petits et grands événements qui ont secoué 2012. Or, pratiquement aucune thématique n'a échappé au radar du créateur et de son équipe d'acteurs (Suzanne Champagne, Véronique Claveau, Benoit Paquette, France Parent, Sylvain Scott et Marc St-Martin), comme on a pu le constater lors de la première médiatique de 2012 revue et corrigée, jeudi.

Généralement reconnue pour son ton léger et bon enfant, la franchise Revue et corrigée a néanmoins le mérite d'attirer un large public et surprend habituellement par l'angle de traitement des sujets qui ont marqué l'année. Et l'édition 2012 du collage humoristique remplit habilement ses promesses à ce niveau, qu'on pense aux manifestations étudiantes revisitées sous forme de comédie musicale (où Richard Martineau, arborant le carré jaune, symbole de l'absence d'opinion, crachera un arrogant « J'ai confiance en personne, sauf en moi-même! »), au cours de « punch 101 » qu'offriront Mike Ward et Jean-François Mercier à Pauline Marois ou encore à cette façon efficace qu'on a trouvé d'évoquer le drame de l'attentat du soir des élections, avec une finale tout à fait inattendue. Évidemment, Stéphanie Trudeau, alias Matricule 728, passe un bien mauvais quart d'heure tout au long de la pièce, incarnée par une Suzanne Champagne au sommet de sa forme.

Parmi les bons moments du spectacle, mentionnons le segment où Line Beauchamp et Michelle Courchesne, assises au piano, blâment en musique Jean Charest pour leurs déboires politiques des derniers mois. Bonne idée, également, que cette caricature de l'émission Un air de famille, renommée Un maire de famille, au cours de laquelle les maires de Mascouche et de Laval, Richard Marcotte et Gilles Vaillancourt, s'affrontent sur les notes de Mille après mille, dont les paroles ont évidemment été modifiées. Le pastiche de Star Académie, en ouverture, réserve en outre de belles surprises. Céline Dion, éplorée, y demandera notamment pardon à Julie Snyder, outrée, de l'avoir « trompée » en allant s'asseoir à la table de Guy A.Lepage à Tout le monde en parle.

Mais la palme d'or de l'ensemble revient à l'excellente parodie d'Unité 9, où les fausses Shandy, Jeanne, Agathe et Élise (Marc St-Martin, dans ce dernier rôle, s'avère étonnant de justesse, imitant à la perfection la voix de Micheline Lanctôt) reçoivent la visite de nul autre que Léo Bureau-Blouin. « J'imagine que mon charisme vous dit quelque chose », lancera le jeune politicien devant une Shandy émoustillée et une Jeanne explosive. Le pauvre Léo se fera rebaptiser de toutes les façons imaginables dans cette saynète remplie de bons flashs, qui a fait crouler la salle de rire, jeudi.

À elles seules, les performances de Véronique Claveau valent le prix du billet de la représentation. L'ex-star académicienne, qui en est à sa sixième participation à Revue et corrigée, fait mouche dans toutes les peaux, que ce soit celle de Céline Dion, Marie-Mai ou Lisa LeBlanc, laquelle clôt la première partie de brillante façon en chantant sa hargne devant les problèmes de circulation dans la métropole (« Votre ville c'est d'la marde! », hurlera-t-elle). L'illusion est telle qu'on croit réellement voir et entendre la chanteuse acadienne pendant le numéro. Mais il serait toutefois injuste de ne pas saluer les personnifications des autres comédiens, qui ont chacun leur moment de gloire et qui irradient tous, à leur façon, à un instant ou un autre pendant la soirée.

Seuls maillons faibles de ce 8e Bye Bye à la sauce du Théâtre du Rideau Vert, les clins d'œil aux Résidences Soleil, devenues les Résidences Sommeil, ratent quelque peu la cible. Aussi, on peut se demander si l'intervention d'Anne-Marie Losique est bien nécessaire. Mais ces petits accrocs ne risquent pas de gâcher le plaisir des spectateurs, comme en faisaient foi les éclats de rires sentis et nombreux lors de la première.

Les textes de 2012 revue et corrigée sont signés par un collectif d'auteurs réunissant Natalie Lecompte, Luc Michaud, Stéphane Plante et Pierre Sévigny. La comédie est présentée jusqu'au 6 janvier 2013. Pour plus d'informations : www.rideauvert.qc.ca ou (514) 844-1793.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
2012 revue et corrigée
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

2012 revue et corrigée | Théâtre du Rideau Vert

2012 revue et corrigée : réjouissant défouloir | Éric Clément ...

2012 revue et corrigée : la politique et le reste | Humour | Arts et ...

Première de 2012 revue et corrigée - Le Journal de Montréal

Avant la première - 2012 revue et corrigée: 11 supplémentaires

2012 revue et corrigée : la politique et le reste