NOUVELLES
01/12/2012 03:10 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

La banlieue de Damas pilonnée par l'armée (ONG)

L'armée syrienne bombardait samedi la banlieue de Damas, dont le régime veut chasser les rebelles qui y ont établi leurs bases arrière, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans le même temps, plusieurs attentats ont tué au moins 13 civils, a indiqué l'OSDH, faisant état de huit morts dans l'explosion d'une bombe dans la ville de Raqa (nord), et de cinq morts dans l'explosion de deux voitures piégées à Damas.

Plusieurs banlieues étaient bombardées par l'artillerie et l'aviation, ainsi que les quartiers sud de la capitale, a ajouté l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins en Syrie.

Le réseau de militants de la Commission générale de la révolution (CGRS) a de son côté rapporté que Douma était également pilonnée par les troupes gouvernementales.

Cette localité du nord-est de Damas est située dans la Ghouta orientale, la campagne bordant la capitale, traversée par la route de l'aéroport international gagnée jeudi pour la première fois en 20 mois de conflit par de violents combats.

La banlieue de Damas est désormais au coeur des combats, le régime ayant lancé jeudi une vaste offensive pour reconquérir un rayon de huit kilomètres autour la capitale, qu'il veut à tout prix conserver pour être en position de négocier une issue au conflit, selon les experts.

Dans le nord du pays, 14 rebelles ont péri dans des combats contre des membres des forces pro-gouvernementales aux abords d'une base de la défense aérienne, a rapporté l'OSDH, faisant également état de bombardements et de combats à Alep, la métropole du nord en proie depuis plus de quatre mois à une guérilla urbaine.

Les violences secouaient aussi samedi la province de Homs (centre), où près de 250.000 déplacés ont été enregistrés par l'ONU qui a dénoncé une situation humanitaire critique.

Samedi, 116 personnes ont péri à travers la Syrie, dont 43 civils, 46 rebelles et 27 soldats, selon un bilan provisoire de l'OSDH, qui a recensé plus de 41.000 morts à travers la Syrie en 20 mois de violences.

kam/sbh/cnp

PLUS:afp