NOUVELLES
30/11/2012 04:47 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Yémen: le président invite les autonomistes sudistes au dialogue national

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a invité vendredi "tous" les dirigeants du Mouvement sudiste, un groupe autonomiste, à participer au dialogue national en vue d'un règlement "juste" de la question du Sud.

"Nous renouvelons l'invitation à toutes les structures du Mouvement sudiste et à tous les dirigeants sudistes dans le pays et à l'étranger pour participer au dialogue national (...) sans restriction", a déclaré M. Hadi à l'occasion du 45e (bien 45e) anniversaire de l'indépendance du Sud, célébré vendredi.

Les réserves du Mouvement sudiste retardent le lancement d'une conférence de dialogue national, prévue initialement à la mi-novembre.

Ce dialogue national "offre l'occasion de discuter et de faire le point sur le processus d'unification du Yémen et sur les faux pas et inconvénients qui l'ont entaché, en vue d'un règlement juste, équitable et acceptable de la question du Sud", a souligné le chef de l'Etat.

Mais des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi à Aden, principale ville du Sud, pour exprimer leur rejet du dialogue.

Arborant le drapeau de l'ex-Yémen du Sud et des portraits de l'ancien vice-président Ali Salem al-Baid et du président du Haut conseil du Mouvement sudiste Hassan Baoum, les protestataires ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "Non au dialogue", "Non à l'occupation du Sud", "le Sud, un Etat et une identité", selon un correspondant de l'AFP.

"Cette foule envoie un message clair à la communauté internationale et à l'ONU, que nous appelons à nous aider à obtenir de nouveau notre indépendance", a déclaré à l'AFP un dirigeant du Mouvement sudiste, le général à la retraite Nasser al-Nouba.

"Quant au dialogue, nous n'y participerons qu'entre deux Etats", a-t-il ajouté.

La manifestation s'est déroulée sans incident, et les forces gouvernementales, présentes dans la ville, ne sont pas intervenues "malgré les provocations de certains activistes", a indiqué un responsable de sécurité.

Le dialogue national vise à élaborer une nouvelle Constitution et à préparer des élections législatives et présidentielle à la fin d'une transition de deux ans en février 2014, en vertu d'un accord conclu le 23 novembre 2011 qui a conduit au départ sous la pression de la rue de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Les Sudistes, indépendants de 1967 à 1990, ont tenté de reconquérir leur indépendance en 1994 mais leur soulèvement a été écrasé dans le sang. Ils se plaignent de discriminations des Nordistes et affirment que leur région est négligée par le pouvoir central.

Certaines composantes du Mouvement sudiste réclament le fédéralisme et d'autres une sécession de la région.

mou-faw/tm/cco

PLUS:afp