NOUVELLES
30/11/2012 03:59 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Téléphones et internet coupés pour le deuxième jour en Syrie

Les réseaux de communication par téléphone et par internet étaient coupés vendredi pour le deuxième jour consécutif en Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Dans quelques secteurs, il est possible d'accéder au réseau internet, mais avec beaucoup de difficultés", a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Il est également très difficile de joindre les gens au téléphone. Mais nous avons reçu des informations selon lesquelles il était possible de communiquer entre certaines régions par les lignes téléphoniques fixes", a-t-il ajouté.

L'AFP a constaté qu'internet et les communications téléphoniques, en particulier sur les portables, étaient coupés dans la capitale.

Rami, 34 ans, comptable à Damas, a affirmé à l'AFP que cette interruption avait affecté son entreprise.

"Le jeudi, c'est le jour où nous finalisons les commandes et les correspondances avant le week-end, aujourd'hui nous sommes totalement dépendants des télécommunications", a-t-il dit. "Il faut que cela se règle vite, nous avons déjà assez de soucis avec les sanctions (économiques) et le prix de l'essence. C'est épuisant".

Ghada, 65 ans, qui vit seule à Damas, s'est dit très inquiète: "Mon fils vit à Dubaï et il m'appelle normalement tous les jours. Là, j'ai peur qu'il ne s'inquiète car il ne peut plus me joindre alors que la tension règne en ville".

Dans le même temps, l'agence officielle Sana n'a toujours pas repris ses transmissions, interrompues jeudi à la mi-journée, tandis que son site internet restait inaccessible.

Les communications ont été coupées en Syrie jeudi dans l'après-midi. Des militants ont accusé le régime de préparer un "massacre", mais les autorités ont expliqué cette interruption par des "travaux de maintenance".

Les Etats-Unis ont accusé le gouvernement d'avoir, en désespoir de cause, coupé les réseaux de communication, et l'organisation Amnesty International a estimé que cela "pourrait annoncer l'intention des autorités syriennes de dissimuler aux yeux du monde la vérité de ce qui se passe dans le pays".

rd/sbh/sk/fc

PLUS:afp