NOUVELLES
30/11/2012 05:03 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Palestine: le vote à l'ONU sans "effet direct" sur une adhésion au FMI

La reconnaissance de la Palestine comme Etat observateur aux Nations unies n'a pas "d'effet direct" sur une adhésion au Fonds monétaire international (FMI), a indiqué vendredi à l'AFP une porte-parole de l'institution.

"La reconnaissance des Nations unies (...) n'a pas en soi d'effet direct sur une possible demande d'adhésion au FMI", a commenté Wafa Amr dans un courrier électronique.

Jeudi, la Palestine a accédé au rang d'Etat observateur à l'ONU qui lui donne notamment accès aux agences des Nations unies et aux traités internationaux.

"Le Fonds a ses propres procédures pour procéder à une adhésion", a ajouté Mme Amr, rappelant notamment une "pré-condition": l'Etat demandeur doit être "considéré comme un pays" par un groupe d'Etats membres représentant une majorité des droits de vote au sein de l'institution.

Premiers actionnaires du Fonds, les Etats-Unis, qui ont voté contre le statut d'Etat observateur pour la Palestine à l'ONU, détiennent plus de 16% des droits de vote au sein du conseil d'administration tandis que les pays européens en possèdent environ un tiers.

La procédure au FMI ne s'arrête pas là.

Une fois examinée par le conseil d'administration du FMI, qui compte 24 membres, la demande d'adhésion est transmise au conseil des gouverneurs où sont directement représentés les 188 Etats membres.

En cas d'approbation, le pays doit ensuite adopter la législation requise pour devenir membre à part entière du FMI.

Indépendant en juillet 2011, le Soudan du Sud est le dernier pays à avoir adhéré au Fonds, en avril dernier. Il avait été précédé un peu moins de trois ans plus tôt par le Kosovo, dont l'indépendance n'est pas reconnue par les Nations unies.

jt/mj/sam

PLUS:afp