NOUVELLES
30/11/2012 11:30 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Le nouveau président mexicain est assermenté

Enrique Pena Nieto a prêté serment samedi comme président de la République du Mexique lors d'une cérémonie devant le Parlement marquée par des incidents violents à l'extérieur et des huées de la gauche à l'intérieur.

Cette investiture marque officiellement le retour au pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), qui avait exercé le pouvoir sans interruption de 1929 à 2000. Enrique Peña Nieto remplace Felipe Calderon, du Parti d'action nationale (PAN), qui était à la tête de l'État depuis 2006.

Le nouveau chef de l'État avait annoncé vendredi la composition de son gouvernement, qui se veut un mélange de personnalités de la vieille garde du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) et de technocrates de la nouvelle génération.

Le chef de l'équipe de transition, Miguel Angel Osorio Chong, 48 ans, deviendra ministre de l'Intérieur, un poste qui comprendra désormais la supervision de toutes les activités liées à la sécurité intérieure et au renseignement, de même que la police fédérale, si cette restructuration est approuvée par le Congrès.

Luis Videgaray, 44 ans, proche conseiller de M. Pena Nieto et chef de sa campagne électorale, dirigera de son côté le ministère du Trésor.

Enrique Pena Nieto a promis que sa priorité serait la croissance économique et la création d'emplois. M. Videgaray, un économiste diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT), sera donc le principal responsable de cet effort. Il est souvent décrit comme le bras droit de M. Pena Nieto et travaille étroitement avec lui depuis plus de huit ans.

José Antonio Meade, actuel secrétaire au Trésor, dirigera le ministère des Affaires étrangères. MM. Videgaray et Meade sont considérés comme des représentants de la nouvelle génération du PRI.

L'ancienne garde du PRI, qui a dirigé le Mexique sans interruption de 1929 à 2000, est également représentée. Elle comprend le secrétaire à l'Éducation, Emilio Chuayffet, et le ministre de la Justice, Jesus Murillo Karam. La nomination du ministre de la Justice est la seule à devoir être approuvée par le Congrès.

PLUS: