NOUVELLES

Israël/élections: percée des jeunes du mouvement social au Parti travailliste

30/11/2012 07:14 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Le Parti travailliste israélien a présenté vendredi sa liste de candidats pour les élections législatives du 22 janvier, marquée par l'arrivée de jeunes militants, leaders du mouvement de protestation sociale de l'été 2011, à l'issue d'une primaire organisée jeudi.

Le député Isaac Herzog se place en seconde position, juste derrière la dirigeante du parti Shelly Yachimovich. L'ancien ministre de la Défense et ex-patron de la centrale syndicale Histadrout, Amir Peretz, occupe la troisième position.

Sont mis en avant Stav Shaffir, 27 ans, une des porte-paroles du mouvement de l'été 2011, et Itzhik Shmuli, 32 ans, chef de file du syndicat des étudiants rallié aux protestations, qui se classent respectivement au 9e et 12e rang, ce qui devrait leur permettre d'entrer à la Knesset (Parlement).

La journaliste Meirav Michaeli, ancienne du quotidien Haaretz, crée la surprise en s'adjugant la quatrième place. 58% des quelque 60.000 adhérents travaillistes ont participé au scrutin.

Selon un sondage publié vendredi par le quotidien Yédiot Aharonot, les Travaillistes sont crédités de 19 députés sur 120 dans la prochaine Knesset, en forte progression par rapport aux huit sièges actuels. Selon une autre enquête du tabloïde Israël Hayom, ils obtiendraient 20 députés.

Mais l'alliance de droite Likoud-Israël Beiteinou, aujourd'hui au pouvoir, est donnée largement gagnante avec respectivement 37 et 39 sièges selon ces sondages.

Les Travaillistes ont fondé l'Etat d'Israël en 1948 et l'ont dirigé sans partage jusqu'à la victoire du chef historique de la droite, Menahem Begin, en 1977.

Depuis lors, ils ont le plus souvent été à la traîne dans des coalitions de droite, hormis quelques exceptions avec Yitzhak Rabin (1974-77, et 1992-95), Shimon Peres (1984-86, et 1995-96) et Ehud Barak (1999-2001).

dms/agr/cnp

PLUS:afp