NOUVELLES
29/11/2012 07:46 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

WikiLeaks: le soldat Manning raconte ses difficiles conditions de détention

FORT MEADE, États-Unis - Le soldat américain Bradley Manning, accusé d'avoir transmis des documents militaires secrets au site WikiLeaks, a déclaré jeudi, lors d'une audience préliminaire, qu'il s'était senti comme un animal en cage après son arrestation à Bagdad.

Lors de sa première apparition publique depuis son arrestation, en mai 2010, le soldat Manning a parlé de sa détention en isolement au camp Arifjan, une base américaine du Koweït.

«Je me souviens que je pensais que j'allais mourir. Je me sentais pris dans cette cage», a-t-il déclaré en réponse aux questions de l'avocat de la défense, David Coombs.

«Je pensais que j'allais mourir dans cette cage. C'est comme cela que je me voyais, comme un animal en cage.»

Bradley Manning a ensuite été envoyé dans une base des Marines à Quantico, en Virginie, en juillet 2010. Ses avocats demandent l'abandon de toutes les accusations portées contre lui, estimant que ses conditions de détention à Quantico étaient inutilement dures.

Le témoignage du soldat Manning est survenu au troisième jour des audiences préliminaires à Fort Meade, une importante base militaire située entre Washington et Baltimore.

L'ex-analyse du renseignement, âgé de 24 ans, avait l'air particulièrement jeune dans son uniforme bleu foncé. Il était animé, s'agitait dans la chaise des témoins et gesticulait avec ses mains.

Il a déclaré qu'à Quantico, où il a été détenu pendant neuf mois dans des conditions très restrictives, il avait l'impression d'être retourné au Koweït.

«J'ai commencé à sentir que je retournais mentalement au Koweït, dans ce trou noir, sombre et isolé», a-t-il dit.

Bradley Manning a déclaré qu'il était devenu de plus en plus frustré après cinq mois passés dans une petite cellule sans fenêtre, où il était confiné 23 heures par jour.

«C'était particulièrement épuisant. Fatiguant», a-t-il déclaré.

Le jeune soldat tente d'éviter un procès dans l'affaire WikiLeaks. Il fait valoir qu'il a été suffisamment puni en étant détenu seul dans un petite cellule pendant près de neuf mois à Quantico, où il a dû dormir nu pendant plusieurs nuits.

L'armée affirme que ses conditions de détention étaient appropriées, compte tenu de sa classification en tant que détenu de sécurité maximale qui représentait un risque pour lui-même et pour les autres.

Plus tôt jeudi, une juge militaire a accepté les termes en vertu desquels le soldat Manning est prêt à plaider coupable à huit accusations.

La décision de la juge Denise Lind ne signifie pas que son plaidoyer a été formellement accepté. Cela pourrait intervenir en décembre.

Le soldat est accusé d'avoir envoyé à WikiLeaks des centaines de milliers de documents secrets sur les guerres en Iraq et en Afghanistan. Bradley Manning a travaillé à Bagdad de 2009 à 2010 comme analyste du renseignement militaire.

PLUS:pc