NOUVELLES
29/11/2012 09:26 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Le pétrole ouvre en nette hausse à New York, sur un regain d'optimisme

Le pétrole démarrait la séance en nette hausse jeudi à New York, porté par l'espoir d'avancées dans les négociations visant à éviter une impasse budgétaire aux Etats-Unis, le premier consommateur mondial de brut, et par un recul inattendu des réserves pétrolières dans le pays.

Vers 14H10 GMT, le baril de référence pour livraison en janvier gagnait 1,63 dollar à 88,12 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le pétrole, qui avait entamé la semaine du mauvais pied, pénalisé par la nervosité croissante des courtiers face à la perspective d'une impasse budgétaire aux Etats-Unis, reprenait du terrain jeudi, "aidé par un rebond technique", a estimé David Bouckhout, de TD Securities.

En effet, en l'absence d'accord politique avant la fin de l'année entre républicains et démocrates sur un plan de réduction de la dette des Etats-Unis, une cure d'austérité forcée sera lancée dès janvier 2013, risquant d'anéantir la reprise encore vacillante de l'économie américaine.

Mais des propos tenus mercredi par le président Barack Obama, qui a appelé à la conclusion d'un accord avant Noël, et par le chef de file républicain de la Chambre des représentants John Boehner, qui s'est dit optimiste sur l'issue des discussions, ont ravivé l'espoir des courtiers.

"Il y a un regain d'espoirs sur les chances d'éviter la menace du +mur budgétaire+", a noté M. Bouckhout.

Par ailleurs, une baisse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, dévoilée mercredi par le ministère américain de l'Energie, renforçait la bonne humeur des courtiers, la vigueur de la demande ayant compensé la forte progression des importations et de la production.

"Les opérateurs retrouvent l'appétit pour le risque", a noté Matt Smith, de Schneider Electric.

Selon les chiffres hebdomadaires du ministère de l'Energie, les stocks de brut ont diminué de 300.000 barils lors de la semaine achevée le 23 novembre, pour s'établir à 374,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient prévu une augmentation de 500.000 barils.

ppa/jum/sam

PLUS:afp