NOUVELLES

Israël n'annulera pas d'accords avec les Palestiniens après le vote à l'ONU

29/11/2012 03:02 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Israël n'annulera aucun accord conclu avec les Palestiniens en rétorsion au vote prévu jeudi à New York qui doit accorder à la Palestine le statut d'Etat observateur non membre de l'ONU, a affirmé le gouvernement israélien.

"Nous n'avons aucune intention d'annuler le moindre accord conclu notamment dans le domaine économique. Tout ce que nous ferons après ce vote c'est d'appliquer ces accords à la lettre", a déclaré à l'AFP Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

M. Palmor a par ailleurs réaffirmé qu'en saisissant ainsi l'Assemblée générale de l'ONU, les Palestiniens se livrent "à une violation flagrante des engagements qu'ils ont pris de régler le conflit avec Israël par des négociations et non par des mesures unilatérales".

Un autre responsable gouvernemental israélien, qui a requis l'anonymat, a précisé qu'Israël devrait renoncer à geler le transfert des fonds à l'Autorité palestinienne des droits de douane et de TVA prélevés sur les produits destinés aux Palestiniens qui transitent par les ports et aéroports israéliens.

Cette mesure de rétorsion a déjà été utilisée à plusieurs reprises par les dirigeants israéliens en représailles à des démarches palestiniennes qu'ils réprouvaient.

"Mais nous pourrions conserver une partie de ces fonds afin de rembourser les dettes accumulées par l'Autorité palestinienne, ce que nous ne faisions pas jusqu'à présent", a ajouté ce responsable.

"Les arriérés dus à la Compagnie israélienne d'électricité s'élèvent ainsi à plus de 700 millions de shekels (140 millions d'euros). Israël pourrait également réduire l'approvisionnement en eau car ce que nous livrons aux Palestiniens est bien supérieur à ce que prévoient les accords", a-t-il averti.

Parmi les autres mesures de rétorsion envisagées, figurent une possible réduction du nombre de permis de travail pour les Palestiniens employés en Israël ou dans les colonies juives de Cisjordanie, ou une remise en cause des permis de circulation pour les VIP palestiniens en Cisjordanie, a ajouté le responsable israélien.

En revanche, il n'est pas question d'une annexion des blocs de colonies israéliennes en Cisjordanie comme le préconisent des députés d'extrême droite, a-t-il conclu.

Le président palestinien Mahmoud Abbas doit soumettre au vote de l'Assemblée générale de l'ONU, à partir de 20H00 GMT, un projet de résolution octroyant à la Palestine, actuellement "entité" observatrice, le statut "d'Etat observateur non membre".

Ce texte est assuré de recueillir la majorité simple requise pour son adoption par les 193 pays membres.

jlr/agr/vl

PLUS:afp