NOUVELLES
29/11/2012 04:35 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Engagement du Yémen contre le recrutement d'enfants dans l'armée (ONU)

Le gouvernement yéménite s'est engagé à ne plus recruter d'enfants dans l'armée, a annoncé une responsable de l'ONU, alors que le pays est en proie à des violences entre forces gouvernementales et rebelles.

"Je suis encouragée par la promesse du président Abd Rabbo Mansour Hadi et de membres du gouvernement de mettre fin au recrutement d'enfants par les forces gouvernementales", a déclaré la représentante spéciale de l'ONU pour les enfants en temps de conflits armés, Leïla Zerrougui, dans un communiqué.

Après un entretien mardi avec Mme Zerrougui, M. Hadi a ordonné aux forces de sécurité de "ne plus recruter d'enfants de moins de 18 ans", a rapporté l'agence officielle Saba.

La représentante de l'ONU a par ailleurs indiqué avoir eu "un entretien positif" avec Abdel Malek al-Houthi, chef de la rébellion chiite zaïdite basée dans la province de Saada (nord), qui, selon le communiqué, "s'est engagé à oeuvrer pour la réinsertion des enfants" dans la vie civile.

Outre la rébellion zaïdite et l'armée, le commandant de la première division blindée, le général Ali Mohsen al-Ahmar, qui avait rallié en 2011 la protestation contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, et les milices tribales qui soutiennent l'armée dans la lutte contre Al-Qaïda, recrutent aussi des enfants.

Selon l'organisation yéménite de défense des enfants, Seyaj, quelque 100.000 enfants de moins de 18 ans ont servi dans les rangs de l'un des ces groupes.

"Les enfants doivent aller à l'école, et non pas dans les camps militaires. J'exhorte le gouvernement à agir rapidement, avec le soutien de l'ONU, pour retirer les enfants des forces de sécurité et s'assurer qu'ils soient réinsérés dans la vie civile", a indiqué Mme Zerrougui.

"La restructuration des forces de sécurité prévues durant la transition offre une occasion unique pour mettre fin aux abus graves contre les enfants et à professionnaliser les forces de sécurité", a-t-elle ajouté.

jj/lyn/tm/vl

PLUS:afp