Source d'inspiration intarissable pour les œuvres de fiction (téléséries, films, romans), l'univers de la médecine se dévoile pour une rare fois sous le sceau de la réalité avec 33 histoires vraies racontées par des médecins. Constitué d'une série d'anecdotes ludiques, dramatiques, troublantes et touchantes, l'ouvrage donne la parole à 23 médecins, dont le neurochirurgien et ex-ministre de la Santé, Philippe Couillard.

Destinée principalement au grand public et aux étudiants en médecine, l'œuvre collective aborde avec simplicité et humanité la responsabilité endossée par les médecins qui doivent assumer la responsabilité d'influencer la vie de parfaits inconnus. « Le but du livre était de cibler des médecins capables de se dévoiler en racontant une histoire qui touche le cœur et qu'ils n'oublieront jamais, explique le Dr Philippe Furger, co-instigateur du projet avec Michel Gervais et François LeBlanc. On a sélectionné des histoires hétéroclites qui contiennent très peu d'éléments nécessitant une formation médicale pour comprendre.»

Dans une histoire haletante où l'on apprend comment il a sauvé sa mère d'une détresse respiratoire dans un contexte difficile et farfelu, le Dr Furger explique à quel point les émotions peuvent être des obstacles au travail des médecins. « Les médecins doivent savoir gérer leurs émotions et la plupart d'entre nous ne parlons pas ou très peu de ce que vous vivons au travail. Avec leur histoire, certains se livrent pour la première fois et se libèrent de ce qui leur est arrivé. D'autres ont plus de recul et nous partagent une histoire sous forme heureuse, même s'ils racontent un évènement triste. D'une anecdote à l'autre, les lecteurs risquent de passer du rire aux larmes. »

Quand il a entrepris ses études en médecine, Philippe Furger affirme qu'il n'avait pas conscience du « pouvoir » de vie et de mort qu'il allait avoir sur certains de ses patients. « Je réellement compris la responsabilité que j'avais à mon premier jour de résidence. Lors d'un remplacement en oncologie, j'ai fait une consultation avec une dame qui avait eu le cancer et qui faisait une infection urinaire. En remarquant des plaques rouges sur sa peau, je l'ai renvoyée chez elle en me disant que les plaques étaient causées par les antibiotiques qu'elle prenait. Lorsqu'elle est revenue trois semaines plus tard, sans être débarrassée des plaques, j'ai demandé l'avis de mon patron. Il a réalisé qu'il s'agissait plus tôt du cancer qui était resté muet pendant cinq ans et qui récidivait sous forme cutanée. J'avais fait une grave erreur en n'envisageant pas toutes les possibilités du problème. J'ai appris ce jour-là que j'avais le droit de me tromper, mais qu'il faut apprendre à travers ça. »

Bien que les médecins affrontent la mort au quotidien, rares sont ceux qui cessent de la craindre. « Je crois que certains médecins sont faits pour avoir peur de la mort tout le temps, avance le Dr Furger. Je connais plusieurs chirurgiens qui sont largement influencés par la peur et qui veulent sauver leurs patients à tout prix, même s'il n'y a rien à faire. Quelques fois à juste titre. D'un autre côté, certains omnipraticiens arrivent à mieux envisager la mort en réalisant que ça fait tout simplement partie de la vie. Mais comme le dit le Dr Robert Delage dans son texte, il est bien d'avoir un peu peur, ça évite les accidents dit-on.»

Deux autres tomes de 33 histoires vraies racontées par des médecins seront publiés au cours des prochaines années.