NOUVELLES
28/11/2012 12:50 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Une histoire d'intimidation a des échos à l'Assemblée nationale

L'histoire d'un jeune garçon de 10 ans de Québec, qui est victime d'intimidation à l'école, a rebondi mercredi matin à l'Assemblée nationale.

Isabelle Bérubé, une mère de famille, a raconté à des médias de Québec qu'elle a récemment retiré ses deux enfants de l'école primaire de la Mosaïque, à Québec, parce que l'un d'entre eux se faisait battre et insulter par d'autres jeunes.

Mme Bérubé, qui est mère de trois enfants, dénonce l'inaction de la direction de l'école primaire.

La députée libérale de la circonscription des Mille-Îles et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'enseignement primaire et secondaire, Francine Charbonneau, s'est indignée de la situation à l'Assemblée nationale. Elle a interpellé directement la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy.

« Nous avons mis en place un plan de lutte mobilisant toute la société québécoise, Or, hier, la ministre s'est contentée de nous répondre que le gouvernement va investir en amont [...] Comment va-t-elle dire à Mme Bérubé que sa priorité n'est pas d'investir temps et argent dans le plan de lutte contre l'intimidation », a lancé Mme Charbonneau à l'endroit de la ministre Malavoy.

Cette dernière a dit trouver la situation troublante et inacceptable. La ministre de l'Éducation a tenu à préciser que la responsabilité revient avant tout à l'école de la Mosaïque.

« On veut aller voir dans cette école ce qui se passe. Cela dit, vous le savez comme moi, la responsabilité première, elle appartient à l'école, qui doit avoir des mesures de prévention, qui doit avoir des mesures d'encadrement, qui doit avoir un plan d'action, qui doit avoir éventuellement des sanctions », a déclaré Mme Malavoy.

« Si on peut aider l'école à prendre ses responsabilités, nous le ferons », a ajouté la ministre de l'Éducation.

De son côté, la direction de l'école de la Mosaïque n'a pas encore réagi.

PLUS: