NOUVELLES

Tunisie: plus de 150 blessés dans de nouveaux affrontements à Siliana

28/11/2012 09:37 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Plus de 150 personnes ont été blessées mercredi lors d'une deuxième journée d'affrontements qui ont opposé quelque milliers de manifestants aux forces de l'ordre tunisiennes à Siliana, une ville déshéritée au sud-ouest de Tunis, a indiqué à l'AFP une source hospitalière.

Plus de 150 personnes sont traitées pour diverses blessures, a affirmé un médecin de l'hôpital de Siliana interrogé par l'AFP. Quatre d'entre elles ont été transférées à Tunis, mais la nature de leurs blessures n'a pas été précisée.

Le service des urgences était visiblement débordé, et des proches des victimes s'y étaient rassemblés pour manifester leur colère, selon un correspondant de l'AFP sur place. "Nous allons brûler la ville", criait un homme dont le fils figure parmi les blessés.

Plusieurs blindés de la garde nationale --l'équivalent de la gendarmerie-- ont été déployés, selon le journaliste de l'AFP. Comme la veille, des manifestants ont bloqué des rues à l'aide de barricades.

En début d'après-midi, les affrontements se poursuivaient entre une foule de manifestants armés de pierres et des policiers. D'épais nuages de gaz lacrymogènes étaient visibles dans la ville.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés à 09H00 GMT devant les locaux du gouvernorat (préfecture) de Siliana réclamant notamment le départ du gouverneur, a indiqué à l'AFP le secrétaire général du bureau régional de la centrale syndicale à Siliana, Néjib Sebti.

Selon lui, les forces de l'ordre ont procédé à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes avant de "faire usage d'un genre de balle qu'on connaît pas" pour disperser les manifestants. Des affrontements similaires avaient déjà eu lieu la veille et la police avait utilisé des balles en caoutchouc.

Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité commenter les violences à Siliana.

"Les habitants de Siliana les plus touchés par la pauvreté ne se mettront jamais à genoux", a déclaré encore M. Sebti affirmant qu'ils étaient "prêts à mourir pour leurs droits".

Les manifestants réclament la libération de 14 personnes détenues lors de violences survenues en avril 2011, le limogeage du gouverneur régional ainsi que des moyens accrus pour assurer le développement économique de cette région très pauvre, comme la plupart des provinces de l'intérieur de la Tunisie.

Le cabinet du Premier ministre s'est dit mercredi préoccupé par "les protestations dans les lieux publics du gouvernorat de Siliana".

Il a aussi regretté "l'utilisation de la violence contre les forces de l'ordre, l'agression des sièges de la souveraineté et la tentative d'endommager les biens publics".

La région de Siliana est très affectée par ses difficultés économiques. Selon des statistiques officielles, les investissements y ont baissé de 44,5% et les création d'emplois de 66% sur la période janvier-octobre 2012, par rapport à la même époque de l'année précédente.

Des violences éclatent régulièrement en Tunisie entre les forces de l'ordre et des manifestants excédés par la pauvreté, en particulier dans l'intérieur du pays où le taux de chômage, notamment celui des jeunes, est très élevé.

str-bur/kl/tg/hj

PLUS:afp