NOUVELLES
28/11/2012 09:36 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Tournées - Nouvelle-Zélande: 5 semaines de suspension pour Hore

Le talonneur de la Nouvelle-Zélande, Andrew Hore, a été suspendu mercredi pour cinq semaines pour avoir frappé à la tête le deuxième ligne gallois Bradley Davies samedi dernier lors d'un match de la tournée d'automne.

Hore ne pourra rejouer avant le 24 février 2013. Il manquera donc la première rencontre de la saison de Super-15 de son équipe, les Otago Highlanders, face aux Waikato Chiefs, prévue le 22 février.

Le joueur de 34 ans (74 sélections depuis 2002) avait asséné une violente manchette par derrière sur la tête du Gallois dès la première minute de la rencontre largement remportée (33-10) par les champions du monde All Blacks.

Davies avait été transporté à l'hôpital pour une "sévère commotion" selon l'encadrement gallois.

"Ce n'est pas comme cela que doit se comporter un All Black et je me suis trahi, j'ai trahi mes équipiers et probablement mon pays qui est si fier de ce que nous faisons", a déclaré Hore au quotidien New Zealand Herald, paru jeudi.

Hore a précisé qu'il avait joint Davies au téléphone pour lui présenter ses excuses.

"L'encadrement et les cadres de l'équipe ont été sévères avec moi en me rappelant qu'à cause de mon geste, l'équipe se trouvait dans cette situation et il faut maintenant que je montre que je peux être un bon joueur, fair-play et dur au mal", a-t-il reconnu.

L'officiel en charge de la sanction a estimé que le geste était "dangereux" mais que Hore n'avait pas "l'intention" de toucher la tête de son adversaire. La sanction prévue de huit semaines a été réduite à cinq en raison de circonstances atténuantes, comme le fait que Hore soit resté en contact quotidien avec Davies après l'incident.

Les All Blacks disputent samedi leur dernier test-match d'automne contre l'Angleterre à Twickenham (15H30 heure locale, 14h30 française). Ils enregistreront pour l'occasion le retour du troisième ligne Adam Thomson, qui avait été suspendu deux semaines pour avoir marché sur la tête de l'Ecossais Alasdair Strokosch.

jdg/sva/jr

PLUS:afp