NOUVELLES

Syrie: deux aéronefs abattus par des missiles, un tournant dans la guerre

28/11/2012 10:15 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Deux appareils de l'aviation syrienne ont été abattus en moins de 24 heures dans le nord de la Syrie par des missiles sol-air, marquant un tournant dans la guerre entre les insurgés et le régime qui usait de sa toute-puissance aérienne.

Les rebelles syriens ont visé mercredi matin un chasseur-bombardier, un MIG ou un Sukhoï, dans la province d'Alep, et l'avion s'est écrasé après une énorme explosion laissant dans le ciel un imposant panache de fumée noirâtre, a constaté le journaliste qui se trouvait à quelques kilomètres de là.

"Maintenant que les rebelles ont mis la main sur des missiles sol-air, qu'ils les utilisent efficacement dans la bataille et que le régime commence à perdre quotidiennement des avions, c'est un tournant significatif car le régime perd sa supériorité" qui reposait essentiellement sur l'aviation, a affirmé Ryad Kahwaji, un expert à l'Institut d'analyse militaire pour le Moyen-Orient (Inegma).

Mercredi, l'appareil est tombé dans une oliveraie à environ un kilomètre de la localité de Tourmanine (30 km au nord-ouest d'Alep), dans les environs de la base Cheikh Souleimane, immense garnison gouvernementale assiégée par les rebelles et dernière place-forte de l'armée dans cette partie du pays.

Quelques minutes après l'incident, les restes de la carcasse désintégrée continuaient de se consumer dans le champ noirci par les flammes, tandis que des dizaines de rebelles ou badauds se précipitaient sur les lieux, à pied ou à moto, en criant "Allah Akbar" (Dieu est grand!).

Des adolescents s'amusaient à fouiller les débris de métal fumant, dans une odeur de kérosène et de plastique brûlés. Certains emportaient un bout d'aile, un morceau de métal acéré, et même une munition.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que l'avion avait été abattu par un missile. Sur place, les témoignages des habitants divergeaient sur l'origine du tir, missile ou canon anti-aérien. Ils concordent cependant sur le fait que l'appareil a été abattu alors qu'il volait à haute altitude, confirmant de fait la thèse du missile anti-aérien.

Sur le lieu du crash, les combattants ont attribué ce tir à un groupe d'insurgés de la localité de voisine de Darret Ezza, les "Hommes libres de Darret Ezza".

"L'avion a eu le temps de larguer ses bombes, juste avant de s'écraser", a raconté un témoin.

Toujours selon des témoins, les deux pilotes ont réussi à s'éjecter. L'un a été fait prisonnier immédiatement après avoir touché terre avec son parachute, ont précisé ces témoins. Le sort du second est inconnu.

Il s'agit du deuxième appareil abattu en moins de 24 heures par des missiles.

Mardi, des rebelles ont abattu un hélicoptère syrien, pour la première fois avec un missile sol-air, dans cette même région près d'Alep. Il été touché alors qu'il bombardait les alentours de la base de Cheikh Souleimane, que les rebelles tentent de prendre pour contrôler le nord du pays.

"Si les rebelles disposent d'un important arsenal de missiles sol-air, comme les célèbres stinger qui ont décimé l'aviation et les hélicoptère russes en Afghanistan, l'armée d'Assad perdra en partie la maîtrise du ciel. Les zones tenues par les rebelles seront sécurisées et les rebelles pourront passer à l'offensive sans craindre la menace aérienne", assure l'expert de la Syrie Fabrice Balanche.

"C'est une ligne rouge qu'ont franchi les rebelles et leurs soutiens. Les Russes vont certainement donner aux Syriens du matériel plus sophistiqué", estime-t-il.

L'un des chefs militaires de la rébellion pour le nord-ouest du pays, le général Ahmad Faj, avait déclaré vendredi à l'AFP que les rebelles avaient récupéré des missiles sol-air lors de la prise de la Base 46, autre caserne de l'armée dans le nord-ouest syrien.

hba-sk/cnp

PLUS:afp