NOUVELLES

GB: Téhéran salue l'opposition de la justice à extrader un ancien diplomate

28/11/2012 12:07 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

L'Iran a salué mercredi la décision de la justice britannique de s'opposer à l'extradition d'un ancien diplomate iranien vers les Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir voulu exporter du matériel militaire vers l'Iran sans licence.

"La République islamique salue la décision de la cour (britannique), même si elle a été retardée de six ans", a fait savoir le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes Ramin Mehmanparast dans un communiqué, insistant sur la nécessité de libérer ce diplomate et l'autoriser à retourner dans son pays "aussitôt que possible".

Ancien ambassadeur iranien en Jordanie, Nosratollah Tajik, 59 ans, aurait, selon la justice américaine, tenté de vendre à l'Iran des lunettes de vision nocturne.

Enseignant à l'université de Durham dans le nord-est de l'Angleterre, il avait été arrêté en 2006 à son domicile dans cette ville.

Des agents américains opérant en Grande-Bretagne avaient affirmé avoir confondu Nosratollah Tajik en se présentant à lui comme des vendeurs d'armes.

L'ancien ambassadeur, qui a une femme et deux enfants et vit désormais à Londres, bénéficie d'un régime de liberté conditionnelle. Il porte un bracelet électronique et doit respecter un couvre-feu.

Depuis son arrestation, une longue bataille judiciaire s'est engagée, ses avocats mettant notamment en avant la dégradation de son état de santé pour s'opposer à cette mesure.

La Haute Cour de justice britannique a motivé mardi son refus de l'expulser par les "retards" pris dans la procédure d'extradition, qui n'ont reçu aucune "justification raisonnable" de la part des Etats-Unis.

mod/hj/cnp

PLUS:afp