NOUVELLES
28/11/2012 03:05 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Des opposants à une mine de cuivre défient le gouvernement birman

MONYWA, Myanmar - Des centaines de moines bouddhistes et de villageois qui occupent une mine de cuivre du nord-ouest de la Birmanie ont défié l'ordre du gouvernement de quitter les lieux avant mercredi. Les manifestants exigent l'arrêt du projet.

Les manifestants, qui ont installé six campements autour de la mine de Letpadaung, près de Monywa, estiment que le projet de mine provoquera des dommages à l'environnement, des troubles de santé et des problèmes sociaux.

Mardi soir, la télévision officielle avait diffusé un communiqué ordonnant aux occupants de la mine de se retirer des lieux d'ici mercredi sous peine de poursuites judiciaires. La mine est exploitée par une entreprise chinoise et une entreprise contrôlée par l'armée birmane.

«Nous condamnons fortement l'ordre du ministère de l'Intérieur», a déclaré Thwe Thwe Win, une responsable du mouvement de protestation. «Nous n'arrêterons pas notre action tant que nous n'aurons pas été entendus.»

Les manifestants réclament que le projet de mine soit totalement suspendu et que toute concession minière dans le pays soit rendue publique dans les médias.

Ce mouvement de protestation, qui a débuté en août, a forcé l'arrêt de l'exploitation de la mine le 18 novembre, date où l'occupation a commencé, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

La chef de file de l'opposition birmane, Aung San Suu Kyi, a prévu de se rendre sur place jeudi pour entendre les doléances des manifestants, ce qui devrait attirer l'attention sur l'occupation de la mine, qui se trouve dans une région reculée du pays. La présence de la lauréate du prix Nobel de la paix devrait également accentuer la pression sur le gouvernement du président Thein Sein, qui a des intérêts financiers dans la mine.

Après l'ultimatum lancé par le gouvernement, certains villageois ont quitté les lieux, selon Win Kyawt Hmu, un manifestant contacté par téléphone par l'Associated Press. Selon lui, un millier de personnes sont présentes dans les six campements autour de la mine, dont au moins 300 moines bouddhistes.

PLUS:pc