NOUVELLES
28/11/2012 01:33 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Congo: l'ONU condamne les rebelles du M23 et prolonge l'embargo sur les armes

GOMA, République Démocratique Du Congo - Le Conseil de sécurité de l'ONU a fermement condamné, mercredi, les rebelles qui contrôlent une ville stratégique de l'est de la République démocratique du Congo pour leurs attaques contre les civils.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil de sécurité prolonge jusqu'au 1er février 2014 l'embargo sur la livraison d'armes, ainsi que d'autres sanctions visant les groupes armés du Congo.

Le Conseil a précisé qu'il examinait de nouvelles sanctions contre les chefs du groupe rebelle M23 et «ceux qui fournissent une aide extérieure au M23», sans viser de pays ou d'individus en particulier.

Dans un rapport publié la semaine dernière, des experts de l'ONU accusent le Rwanda de soutenir le M23 en lui fournissant des combattants et des armes sophistiquées. Le gouvernement rwandais dément ces allégations.

Le chef militaire du M23, le général Sultani Makenga, a annoncé plus tôt mercredi que ses hommes avaient commencé à se retirer des territoires pris la semaine dernière dans l'est du Congo.

«Mes soldats ont commencé à se retirer de Masisi hier. Nous nous en irons par Goma, et après cela, nous nous retirerons à 20 kilomètres de Goma vers Rutshuru», a-t-il déclaré, en ajoutant que l'opération serait achevée d'ici vendredi.

L'Union africaine a demandé au M23 de quitter Goma d'ici vendredi, mais un autre responsable du M23, Théophile Ruremesha, a déclaré mercredi que cela pourrait prendre plus de temps, jusqu'à ce que le président du Congo, Joseph Kabila, accepte de faire des concessions.

Un retrait de Goma constituerait un revirement pour le M23, qui avait annoncé mardi son intention d'affronter les forces gouvernementales congolaises pour conserver le contrôle de la ville.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a confirmé avoir reçu l'information selon laquelle les troupes du M23 se retiraient de Masisi.

«Oui, nous avons eu des comptes-rendus de mouvements, mais nous n'appellerons pas ça un retrait jusqu'à ce que ce soit terminé. Ils ont joué ce jeu avec nous avant, en disant qu'ils bougent, puis en trouvant une bonne raison pour ne pas le faire», a souligné M. Mende. «Il n'y aura aucune négociation tant qu'ils ne seront pas à 20 kilomètres des limites de la ville de Goma.»

L'incertitude qui plane sur la région est de plus en plus difficile à vivre pour les résidants.

«C'est une situation éprouvante nerveusement. Cela change toutes les heures et nous ne pouvons même pas prévoir le lendemain», a déclaré Ernest Mugisho, un résidant de Goma. «Le M23 doit émettre un message clair car pour nous, la population, ce n'est pas bon.»

Le M23 regroupe d'anciens membres de l'armée congolaise dans l'est du Congo. Ces Tutsis, mobilisés autrefois par le gouvernement congolais pour lutter contre les rebelles hutus rwandais dans la région sous la bannière du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP), se sont révoltés cette année, reprochant au gouvernement de ne pas les avoir intégrés dans l'armée régulière comme le stipulait un accord conclu le 23 mars 2009.

PLUS:pc