NOUVELLES

Syrie: les prix en forte hausse en raison du conflit (responsable)

27/11/2012 07:07 EST | Actualisé 27/01/2013 05:12 EST

Les prix à la consommation en Syrie ont fortement augmenté en 2012, avec une hausse pouvait atteindre 65%, en raison d'un taux de change défavorable et des problèmes de sécurité, affirme un haut responsable économique, cité mardi par le quotidien al-Watan, proche du pouvoir.

"La hausse des denrées et marchandises dépend du taux de change, des coûts du transport et de la main-d'oeuvre. Les prix de tous les produits ont augmenté entre 35% à 65% depuis le début de l'année", a affirmé Ziad Hazaa, directeur de l'économie et du commerce intérieur au ministère de l'Economie.

"Les autorités prévoient d'assurer sur un pied d'égalité aux citoyens les produits essentiels comme le carburant et le pain", a poursuivi M. Hazaa. Le pain est subventionné en Syrie, de même que l'essence, dont le prix n'a pas augmenté.

Selon les statistiques officielles, l'inflation a atteint en août 39,5% en glissement annuel.

Le journal gouvernemental Techrine affirme que cette inflation a touché non seulement les marchandises essentielles mais aussi l'habillement, dont les prix ont doublé.

Citant des commerçants, le journal impute cette hausse à "la fermeture de nombreuses usines en raison de la situation sécuritaire, de l'accroissement des prix des matières premières et des sanctions économiques" imposées à la Syrie par les pays occidentaux.

L'acheminement des marchandises est particulièrement difficile à cause "des groupes armés qui coupent les routes principales et volent les cargaisons", explique Techrine.

Les instituts économiques internationaux prévoient une forte baisse du PIB syrien cette année, faisant valoir que les combats et les sanctions européennes ont découragé les investissements, la production et la consommation.

L'Economist Intelligence Unit (EIU) évaluait en juillet cette contraction du PIB de la Syrie à 8% pour 2012, tandis que l'Institute of International Finance estime qu'il pourrait perdre entre 14% et 20% sur cette période.

La Syrie est secouée depuis mars 2011 par une révolte populaire contre le régime du président Bachar al-Assad, devenue conflit armé, qui a fait plus de 40.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

rm/sk/fc

PLUS:afp