Malajube boucle la boucle ce mercredi au Théâtre Corona (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
MALAJUBE
Malajube (Photo: Dare to Care Records) | Dare to Care Records

Plus d’un an de concerts aux quatre coins du Québec pour la promotion de l’album La Caverne, mais aussi 10 ans d’existence pour la formation rock québécoise : Malajube boucle la boucle ce mercredi soir lors d’un dernière prestation au Théâtre Corona avant une pause bien méritée.

Au bout du fil, Thomas Augustin, le claviériste de la formation avoue ressentir une certaine fébrilité. « Je ne sais pas trop pourquoi, mais quand Noël approche, on a toujours de bons shows mémorables. Et là cette fois, ça va être encore plus spécial, vu qu’on ne rejouera pas avant un bout… Mais on veut aussi faire la fête parce que c’est la fin de la tournée et parce qu’on va souligner nos 10 ans ! »

Malajube promet un spectacle musicalement bien original. En effet, le quatuor a invité les fans à concevoir leur liste de chansons idéale jouées dans l’ordre le soir du concert, 18 morceaux et trois de plus pour le rappel. « C’est drôle parce qu’on est habitué de commencer léger et puis de finir assez lourd mais là, avec la setlist qu’on a choisie, c’est vraiment pas pareil ! C’est une autre approche ! Nos enchaînements sont vraiment différents, c’est le fun ! », affirme Thomas. Une chose est certaine, les fans peuvent s’attendre à une grosse et longue performance rock qui frappe fort jusqu’à la fin, avec cette même fougue qu’on connaît au groupe. On y jouera de tout; des classiques, mais aussi des chansons faites moins souvent en spectacle et d’autres qui n'ont pas été interprétées depuis longtemps.

L’heure des bilans

Qu’est-ce qui n’a pas changé pour Malajube au cours des dix dernières années ? Thomas Augustin répond sagement : « Quand tu commences, tu n’as rien à prouver ! On faisait ça un peu à la légère, on plongeait tête première. Et ce qui est toujours aussi cool, c’est qu’encore maintenant, on fait toujours à notre tête. On a toujours gardé notre côté authentique, notre pureté. C’était super important pour nous, surtout dans nos relations entre les membres et avec nos fans ».

Interrogé sur les accomplissements passés de Malajube, Thomas mentionne d’abord être fier de La Caverne, des morceaux qui lui semblent plus achevés, mais aussi de son décorum général. En effet, les quatre gars avaient enregistré l’album en plein milieu du mois, dans une maison de Morin Heights, une expérience inspirante que le claviériste souhaiterait renouveler pour de futurs projets. Il souligne aussi quelques bons moments de la tournée passée. « Les Francos cet été, c’était fou ! C’était une grosse foule, c’était chez nous ! Sinon, il faut dire qu’on a toujours aimé jouer au Lac Saint-Jean. Ça fait 10 ans qu’on va là et puis, chaque fois qu’on y va, c’est toujours jam pack ! »

La routine est cassée…

En prenant une pause pour la prochaine année, Thomas, Julien, Françis et Mathieu brisent ainsi le fonctionnement de création cyclique dans lequel ils étaient : créer l’album, puis tourner, puis refaire un album… Thomas Augustin affirme que Malajube n’aura aucun mal à retourner en studio si une offre de création musicale se présente pour le cinéma par exemple. Cela dit, il croit que chaque membre privilégiera d’abord ses projets personnels.

Julien Mineau, le chanteur, planche sur un projet avec un orchestre, où il expérimente différents types de musique, l’entraînant ainsi à sortir de sa zone de confort. Thomas, qui avait déjà un EP à son actif au sein de Jacquemort, prévoit compléter un album au cours de l’année à venir.

Et Malajube ? Quand ? Où ? Comment ?

« On veut s’effacer pour mieux revenir », s’exclame Thomas, sans dire dans combien de temps le public québécois pourra entendre du nouveau matériel. « On va se retrouver quand ce sera le temps pour tout le monde et que ça va tenter à tout le monde. On sait qu’il va y avoir un autre disque parce que c’est important pour nous. On cherche seulement un petit quelque chose de plus pour l’instrumentation, un nouveau filon. […] Et on veut que le cinquième album soit un highlight de notre carrière ! », conclut l’artiste.

Malajube offre un «dernier» concert ce mercredi, 28 novembre au Théâtre Corona. Pour plus de détails, cliquez ici.