NOUVELLES

Le pétrole recule à New York, la prudence restant de mise face à la Grèce

27/11/2012 02:57 EST | Actualisé 27/01/2013 05:12 EST

Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi à New York, le scepticisme des investisseurs face au compromis obtenu à l'arraché sur la Grèce éclipsant la publication de chiffres encourageants pour l'économie des Etats-Unis, premier consommateur mondial de brut.

Le baril de référence pour livraison en janvier a lâché 56 cents à 87,18 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Malgré des indicateurs plutôt bons aux Etats-Unis, le marché reste encore très concentré sur ce qui se passe en Europe", a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

Les ministres des Finances des 17 pays membres de l'Union monétaire sont en effet parvenus, difficilement, à un compromis dans la nuit de lundi à mardi avec le Fonds monétaire international (FMI) sur les moyens de réduire nettement la dette grecque et sur le versement d'une aide financière vitale pour un pays au bord de l'asphyxie.

L'annonce de cet accord avait permis aux prix du baril de monter lors des échanges asiatiques, mais ce sursaut d'optimisme n'a pas duré, les cours effaçant leurs gains au début des échanges européens, dans un marché empreint de prudence.

Les conditions imposées à Athènes "tempèrent l'optimisme" des investisseurs, a souligné M. Smith car "le marché s'interroge sur la capacité de la Grèce à mettre en oeuvre les coupes budgétaires et à racheter sa propre dette".

Ces développements ont relégué au second plan les indicateurs positifs publiés dans la matinée à Washington sur le moral des ménages, qui a poursuivi son amélioration en novembre, ou sur les commandes de biens durables, qui sont restées stables en octobre alors que les analystes les attendaient en baisse.

Les investisseurs restaient aussi prudents en attendant de nouvelles avancées dans les tractations politiques en cours à Washington visant à éviter le "mur budgétaire", cette cure d'austérité forcée qui s'imposera aux Américains si aucun accord n'est trouvé avant la fin de l'année et pourrait entamer la vigueur de la reprise économique.

Ils gardaient aussi un oeil sur la publication mercredi des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les stocks de brut devraient augmenter de 900.000 barils dans le pays sur la semaine achevée le 23 novembre.

jum/ved/bdx

PLUS:afp