NOUVELLES
27/11/2012 03:49 EST | Actualisé 27/01/2013 05:12 EST

Drainville discute d'un plafond de dépenses électorales demandé par l'opposition

QUÉBEC - Le ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, a déclaré mardi que des discussions actives sont en cours avec l'opposition concernant un plafonnement des dépenses électorales.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) avaient réclamé que cet aspect soit ajouté à un projet de loi à l'étude qui porte sur les dons aux formations politiques.

En présentant le projet de loi 2, M. Drainville avait promis d'aborder la question des dépenses électorales «après Noël», mais mardi, le ministre a affirmé que les discussions sont en cours.

Lors d'un point de presse devant la salle où une commission parlementaire étudie le projet de loi 2, le ministre a répété que son objectif est de faire adopter d'ici l'ajournement de décembre le projet de loi, qui plafonnerait les contributions électorales à 100 $.

Mais M. Drainville a cependant donné des signes d'ouverture envers un plafonnement des dépenses.

«Ce que je vous dis présentement, c'est qu'on tient toujours plus que jamais à ce que le projet de loi 2 soit adopté avant Noël, parce qu'on veut que l'abolition des crédits d'impôt soit mise en oeuvre pour le 1er janvier, a-t-il dit. Maintenant il y a des discussions sur la question du plafond, et sur d'autres sujets également.»

M. Drainville, dont le gouvernement est minoritaire, a affirmé que des discussions sont en cours avec les représentants du PLQ, de la CAQ et de Québec solidaire.

«Ce qu'on a dit, c'est qu'on était ouverts à regarder la question des dépenses, et on la regarde, a-t-il dit. On la regarde activement.»

Le PLQ a estimé que la plafond des dépenses électorales devrait passer de 11,5 millions $ à 7,5 millions $, tandis que la CAQ réclame un abaissement à 4 millions $.

Le porte-parole de la CAQ en matière d'institutions démocratiques, le député Gérard Deltell, a confirmé que les pourparlers sont en cours.

«Ça jase, ça jase, a-t-il dit. Ça va bien et on le souhaite mais il n'y a rien d'acquis pour personne au moment où on se parle, mais on a bon espoir.»

M. Deltell a répété qu'il voudrait que cette question soit intégrée au projet de loi 2.

«On souhaite que ce soit réglé avant Noël, a-t-il dit. Jusqu'à présent M. Drainville n'est pas là, mais il nous reste encore deux semaines.»

Les péquistes ont déjà émis des doutes concernant le plafonnement à 4 millions $ proposé par la CAQ, jugeant le montant insuffisant pour faire une campagne panquébécoise.

PLUS:pc